background preloader

Actualité articles 1

Facebook Twitter

Névrose obsessionnelle, névrose idéale. De l'éloge de l'Ombre à la loge de l'Autre. Névrose obsessionnelle : Symptômes - Causes - Diagnostics - Traitements - Dictionnaire Santé - Encyclopédie médicale - Description pathologie. Publicité La névrose obsessionnelle, catégorie psychopathologique de la psychanalyse, est une névrose caractérisée par exemple par la rigidité de ses mécanismes de défense.

Névrose obsessionnelle : Symptômes - Causes - Diagnostics - Traitements - Dictionnaire Santé - Encyclopédie médicale - Description pathologie

Les névroses n'apparaissant plus dans le DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) il a été remplacé en psychiatrie par le trouble obsessionnel compulsif (TOC). Symptômes obsessionnels La névrose obsessionnelle exprime des formations névrotiques mais normales, comme le rêve, des symptômes présents dans d'autres névroses, comme l'isolation, le déplacement, la condensation, la dénégation, mais aussi des symptômes qui lui sont propres, comme la formation réactionnelle et l'annulation rétroactive. Isolation et Déplacement. La névrose obsessionnelle: Histoire d'un concept - Chantal Brunot. Quand donc est apparue la « névrose de contrainte » Quand donc est apparue la « névrose de contrainte » ?

Quand donc est apparue la « névrose de contrainte »

Une conjecture historique, anthropologique et psychanalytique Dite aussi « névrose obsessionnelle » (je vais justifier pourquoi), « névrose de contrainte » est désormais la traduction reçue de la Zwangsneurose freudienne, issue elle-même de la psychiatrie allemande du dernier tiers du 19ème siècle (Westphal, Krafft-Ebing). C’est ce portrait, toujours dressé par les cliniciens freudiens comme pré-freudiens avec une note d’admiration pour la qualité de ces hommes (et de ces quelques femmes), qui sous nos yeux, et disons depuis une vingtaine d’années, change au point de devenir méconnaissable. Dans une telle perspective, la question des origines historiques et anthropologiques de la névrose de contrainte est aussi futile que celle de l’origine du choléra.

Les TOC ont dû toujours exister. Le présent essai prend le contre-pied exact de cette vision, aujourd’hui dominante. I. II. Mais assez sur le pourquoi. Zwang, de la névrose à l'inconscient obsessionnel. Remarques sur un cas de névrose de contrainte. La névrose obsessionelle, séance n°3. La névrose obsessionnelle Après avoir fait beaucoup de psychanalyse psychanalysante la dernière fois, je propose ce soir de soulever des difficultés encore en travail, puisque je dois faire samedi un exposé sur le problème des rituels obsessionnels.

la névrose obsessionelle, séance n°3

Ce sera donc beaucoup plus programmatique et prudent que ce que je vous ai dit la dernière fois. L’objet de cette séance est d’évaluer quels sont les enjeux et éventuellement les chances de la psychanalyse devant les thérapies comportementales et cognitives des TOC, de voir de quoi il s’agit, quels sont les paradigmes qui sont utilisés, et d’essayer de vous faire voir que le type d’outils que j’utilise pour travailler épistémologiquement sur les concepts freudiens sont des outils auxquels je tiens beaucoup parce qu’ils permettent également de mettre en rapport ce que je dis de Freud avec ce qui se dit par ailleurs dans le champ psychopathologique.

Il y a donc un certain nombre de points problématiques que je vais soulever. La névrose obsessionnelle, séance n°10. La névrose obsessionnelle Je voudrais conclure cette année sur la névrose obsessionnelle en essayant de faire valoir ce que ce que j’aurai raconté change par rapport à la conception « de base » – je ne le dis pas du tout cela avec mépris, mais au sens où il y a bien un minimum de ce que chacun a à connaître du métier sur la cure et le suivi d’une névrose obsessionnelle – et précisément, de ce que ça y change touchant la direction de la dite cure.

la névrose obsessionnelle, séance n°10

Je vais donc procéder en trois temps. Aux fondements narcissiques d'une névrose de contrainte : le rêve raconte. De la phobie, l'hystérie et la névrose obsessionnelle. À propos de la première de ses œuvres qu'il venait de terminer, celle de l'interprétation des rêves, Freud écrivait, il y a maintenant bien longtemps, à Fliess : "Mon travail a été entièrement dicté par l'inconscient, suivant la célèbre phrase d'Itzig, le cavalier du dimanche : "Où vas-tu Itzig, l'interroge-t-on, Je n'en sais rien, demande à mon cheval " (1).

De la phobie, l'hystérie et la névrose obsessionnelle

C'est donc ainsi avec l'aide de cette métaphore que nous pouvons définir ce qu'est une énonciation. Celle-ci étant ainsi posée, en les opposant à la fraîcheur de toute énonciation que pouvons nous faire désormais de tant d'énoncés de Lacan le plus souvent arrachés de leurs contextes? Vous en connaissez un certain nombre : " L'inconscient est le discours de l'Autre", "Il n'y a pas de rapport sexuel", "l'analyste ne s'autorise que de lui même" et je ne vous épargnerai pas celui du "signifiant qui représente le sujet pour un autre signifiant".

Névrose obsessionnelle au féminin ? Introduction - Quelques traits de structure chez l’obsessionnel Selon Lacan, le futur obsessionnel est un enfant dont la demande est insupportable pour l’entourage.

Névrose obsessionnelle au féminin ?

Il demande une petite boîte. Là où, pour Maurice Bouvet, la psychose reste menaçante pour l’obsessionnel en raison des symptômes parapsychotiques que l’on y rencontre, type dépersonnalisation, sentiment d’étrangeté, etc. Lacan est d’accord avec les auteurs qui voient une incompatibilité entre les deux affections. « C’est très, très, très rare. Un vrai supplice de Tantalenotes sur la névrose obsessionnelle. L'homme aux rats. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'homme aux rats

L'analyse de « l'homme aux rats » (Ernst Lanzer) atteint de névrose obsessionnelle est l'une des cinq psychanalyses décrites par Sigmund Freud, avec celle de Dora, du petit Hans, de « l'homme aux loups » et de Schreber. Mais en marge de ces Cinq psychanalyses, Freud a laissé des notes prises au jour le jour, tout au moins pour les sept premières séances, parce qu'après ces notes ne sont plus regroupées qu'au rythme de deux ou trois fois par semaine. Le psychanalyste Patrick Mahony a comparé ces notes et le texte publié et a mis à jour de nombreuses modifications faites par Freud en vue de faire correspondre l'analyse réelle à ses théories[1]. Borch-Jacobsen et Shamdasani[2] ont poursuivi ce travail de comparaison et affirment avoir trouvé d'autres cas de falsification de l'analyse. Description du cas[modifier | modifier le code] Le symptôme freudien à travers l'homme aux rats. L'homme aux loups.

L’Homme aux Loups ou le complexe d’Œdipe à l’envers. Par Brigitte Axelrad - SPS n° 293, hors-série Psychanalyse, décembre 2010 Sergueï Constantinovitch Pankejeff surnommé « L’Homme aux Loups » par Freud (c’est le dernier des cinq cas exposés par Freud dans les Cinq psychanalyses), est un homme très sérieusement atteint.

L’Homme aux Loups ou le complexe d’Œdipe à l’envers

Sa sœur et son père se sont suicidés, sa mère est hypocondriaque et atteinte de divers troubles psychosomatiques, son oncle souffre de paranoïa… et lui-même a déjà été psychanalysé en 1909. En 1910, il commence une cure de psychanalyse avec Freud, qu’il arrête en 1914, pour la reprendre en 1919. En 1926, il fait une grave rechute qui nécessite à nouveau un traitement. Pankejeff erre alors de cure en cure, d’analyste en analyste et finalement entre à l’asile de Vienne, où il meurt en 1978, à 80 ans passés.

Jacques Bénesteau, dans Mensonges Freudiens, expose avec grand art ce qui valut à Pankejeff son surnom d’homme aux loups ainsi que les aberrations des interprétations de Freud. L’homme aux loups. Un refoulement contrarié(L'homme aux loups 4) "Ainsi ce premier rêve d’angoisse aurait mis à jour cette peur du père qui devait désormais dominer la vie du malade.

L’homme aux loups

" "Dés que la vie apporta à notre patient un nouveau substitut paternel, dont l’influence se fit sentir contre la religion, celle-ci fut abandonnée et remplacée par quelque chose d’autre. " Une obsession de l’Homme aux loups : « Dieu-Crotte, Dieu-Cochon » La névrose obsessionnelle de l’Homme aux loups est étroitement intriquée à sa foi religieuse.

Une obsession de l’Homme aux loups : « Dieu-Crotte, Dieu-Cochon »

Freud analyse toutes les composantes de cette intrication. Par son identification au Christ il satisfaisait sa passivité envers le père en fonction de ces trois divisions selon le stade génital (homosexuel dans l’inconscient), selon le stade anal, masochique, selon le stade oral, dans sa névrose, peur d’être dévoré par le père-loup. Mais par contre il arrive à s’inscrire comme un homme dans la fonction phallique grâce à cette identification au Christ. P.221 ( L’homme aux loups par ses psychanalystes et par lui-même) Freud aborde un autre aspect des effets de son enseignement de l’histoire sainte, il pouvait grâce à la religion satisfaire également son ambivalence et sa révolte à l’égard du père.

Les Hommes aux loups.