background preloader

Philosophie / pensée / société

Facebook Twitter

Non, les intellos de gauche ne sont pas morts ! La gauche a-t-elle perdu la bataille culturelle ?

Non, les intellos de gauche ne sont pas morts !

Depuis les années 1970, le capitalisme a connu une crise, des bouleversements, des transformations. Ces transformations, c’est la mondialisation, la multiplication des délocalisations, ce qu’on appelle parfois la financiarisation du capital. Cet ensemble de transformation a objectivement favorisé la droite.

Ce qu’on appelle la bataille culturelle, c’est la manière dont la droite a su se saisir des possibilités que lui offraient une crise qu’elle-même avaient provoquée par ses idées et ses politiques publiques. Provisoirement, je pense que la droite a imposé son discours, ses catégories de compréhension du monde. Quelle serait la cartographie des pensées de droite aujourd’hui ? La pensée à droite est extrêmement composite. De manière constante, les penseurs de droite ont aussi une importance dans le fonctionnement du capitalisme globalisé.

Comment maîtriser l'angoisse et la joie, les deux horizons inextricables de la vie ? Vivre : une joie ou une souffrance ?

Comment maîtriser l'angoisse et la joie, les deux horizons inextricables de la vie ?

Hervé Regnauld : L’événement anthropocène. Hervé Regnauld Le mot événement désigne principalement une nouveauté, comme la sortie d’un nouveau livre.

Hervé Regnauld : L’événement anthropocène.

Kung-fu et lutte de classe, par Daniel Paris-Clavel (Le Monde diplomatique, décembre 2016) En 1973, le situationniste René Viénet, sinologue et cinéphile averti, détourne les dialogues d’une obscure production de Hongkong : The Crush, réalisé l’année précédente par Tu Guangqi sur un scénario de Ni Kuang.

Kung-fu et lutte de classe, par Daniel Paris-Clavel (Le Monde diplomatique, décembre 2016)

Il transforme l’histoire classique d’un village chinois envahi par des samouraïs et défendu par un adepte du kung-fu (Jason Pai Piao) en un jouissif « toast aux exploités pour l’extermination des exploiteurs », intitulé La dialectique peut-elle casser des briques ? Beaucoup n’y voient alors qu’une parodie subversive bricolée aux dépens d’un cinéma farfelu venu d’Orient. Pourtant, à l’instar de bon nombre de ses camarades de l’Internationale situationniste, Viénet n’a aucun mépris pour le cinéma populaire. Au contraire : pour avoir été l’un des premiers importateurs de films de kung-fu en France, il en connaît parfaitement les codes. Taille de l’article complet : 1 991 mots. Qu'est-ce qu'exister ? " Eloge de l’abandon ou le sens de la vie" de Vincenzo Sorrentino.

« Les ailes du désir », le film de Wim Wenders sorti à la fin des années 80, raconte l'histoire d'un ange qui choisit de s'incarner dans une ville qui a connu les horreurs du nazisme, afin d'éprouver la beauté de la vie terrestre et de l'union avec une femme.

" Eloge de l’abandon ou le sens de la vie" de Vincenzo Sorrentino

Il choisit, autrement dit, d'abandonner sa condition d'immortel et son idéal ascétique : il choisit de s'abandonner. " Deviens ce que tu es " de Dorian Astor. Comment mettre des mots sur ce qui est justement en train de devenir ?

" Deviens ce que tu es " de Dorian Astor

Et que devient-on si ce n'est ce que l'on est déjà ?... Mais d'ailleurs, doit-on nécessairement devenir quelque chose ou quelqu'un ? Pourrait-on seulement "devenir"...? LA RÉSILIENCE DANS LES SITUATIONS EXTRÊMES PAR BORIS CYRULNIK. "L'art de la joie" de Goliarda Sapienza. Travail en souffrance, par Mathilde Goanec (Le Monde diplomatique, juin 2015) Pour comprendre ce qui se joue au travail, il est bon de se pencher sur le cadre de l’emploi.

Travail en souffrance, par Mathilde Goanec (Le Monde diplomatique, juin 2015)

Sophie Robin-Olivier, professeure de droit à la Sorbonne, s’y est attelée dans un ouvrage austère mais éclairant (1). En mettant en regard plusieurs pays européens ainsi que les Etats-Unis, cette spécialiste du droit social élabore une typographie des contrats de travail flexibles et constate le succès du modèle anglo-saxon, dominé par la liberté contractuelle, dans lequel « le rééquilibrage du rapport inégal des parties au contrat de travail ne constitue plus un objectif de la politique sociale ». Au-delà des mutations au niveau macroéconomique, c’est bien la matière « travail » qu’étudient respectivement Danièle Linhart et Christophe Dejours. La première, sociologue, analyse dans son dernier ouvrage le management « humaniste », sorte de sursaut psychologisant à l’œuvre dans les entreprises pour répondre à la souffrance au travail (2)

. (2) Danièle Linhart, La Comédie humaine du travail. Cynthia Fleury : “Etre courageux, c'est parfois endurer, parfois rompre” Philosophe et psychanalyste, elle insiste sur l'importance pour chacun de construire son propre destin.

Cynthia Fleury : “Etre courageux, c'est parfois endurer, parfois rompre”

C'est à cette condition que la démocratie sera sauvegardée. Quand elle était jeune doctorante en philosophie, Cynthia Fleury rêvait à une existence en retrait, consacrée à la recherche et à l'écriture, loin du brouhaha de la cité... La vie en a décidé autrement, et la jeune femme a progressivement appris à occuper le devant de la scène. Pour s'engager tous azimuts. Nicole Lapierre : “Une appétence au bonheur envers et contre tout” “Dans ma famille, on se tuait de mère en fille.”

Nicole Lapierre : “Une appétence au bonheur envers et contre tout”

Dès son amorce, les souvenirs de disparitions hantent l’épopée intime de Nicole Lapierre Sauve qui peut la vie. Se présentant comme un récit explorant les strates enfouies d’une matière biographique lourde à porter – fille d’un Juif immigré ayant survécu aux persécutions, suicides de sa sœur, en 1982, puis de sa mère, en 1990 –, Sauve qui peut la vie s’éloigne subtilement de l’exercice d’introspection pure et mûre pour tendre vers une réflexion plus ample.

La révélation chuchotée des névroses familiales dont elle a forcément hérité est surtout l’occasion pour l’anthropologue de tracer une voie émancipatrice : celle par laquelle elle a appris à se détacher des douleurs passées et des places assignées.