background preloader

Féminisme

Facebook Twitter

How to Explain Feminism to Non-Feminist Women in a Non-Threatening Way. Arguments anti-féministes (4) « On devrait se débarrasser du terme ‘féminisme... 6 Common Ways People Dismiss Feminism – And How To Hold Your Ground When They Do. Bad buzz : les féministes sont-elles devenues les femmes-sandwich des marques? Le leurre du féminisme choupi. Parlons de droits plutôt que de choix. Il existe une tendance, dans le féminisme contemporain, à parler des revendications féministes – et donc à les justifier – en termes de choix.

Parlons de droits plutôt que de choix

Je reconnais avoir beaucoup employé cette rhétorique moi-même, notamment à propos du port du voile pour les femmes musulmanes. Je suis farouchement en faveur du droit de ces femmes à décider de porter ou non le voile, mais réduire ce droit à un simple choix pose un problème majeur : cela revient à faire dépendre de l’individu une décision qui n’est jamais purement personnelle, mais qui s’inscrit dans un cadre précis et contraignant. Bingo. La misandrie ironique ou quand l’humour change de camp – Miroslava Zetkin. TW : mention de menaces de viol/mort Il y a quelques temps déjà, j’ai lu un excellent article de Slate intitulé L’essor de la misandrie ironique.

La misandrie ironique ou quand l’humour change de camp – Miroslava Zetkin

La misandrie, littéralement la haine des hommes, serait l’équivalent de la misogynie et est régulièrement lancée comme accusation à la figure des féministes pour décrédibiliser leur parole. Lassées de ces poncifs qui n’en ont en plus pas le moindre fondement puisque, spoiler alert, la misandrie n’existe pas (t’en fais pas, j’y reviendrai), certaines féministes ont décidé de se réapproprier ce concept avec humour pour créer la misandrie ironique. Le principe ? Féminismes et réponse à une question souvent posée : qui sont les "féministes". Source : Equimauves (il m'a été fait remarquer la très dommageable absence d'Esmeralda...)

Féminismes et réponse à une question souvent posée : qui sont les "féministes"

Le féminisme ™ : Le Féminisme Marque Déposée La semaine dernière, vous avez été nombreu(x)ses à me demander des explications à propos de l'expression "féministe ™" alors que j'étais (encore) en train de gueuler sur Twitter. J'ai donc pensé qu'il serait bon d'expliquer le sens de cette expression une bonne fois pour toutes, d'autant que le moment tombe à pic, puisque divers articles qui se feront parfaites illustrations de mes explications sont sortis ces derniers jours. Critique du féminisme universitaire. Crédits : Zola, street artist, Montréal Publié ailleurs est une chronique dans laquelle nous vous présentons des articles déjà parus dans d’autres médias, mais que nous trouvons néanmoins pertinents à republier.

Critique du féminisme universitaire

Celui-ci provient de la section Montreal Sisterhood du fanzine Casse Sociale de mai 2015, édité par RASH-Montréal. Le Montreal Sisterhood est un collectif composé de femmes provenant d’une diversité de milieux, ayant des parcours et expériences très différentes l’une de l’autre. Notre objectif est de politiser les femmes de nos scènes contre-culturelles tout en assurant une présence féministe dans le milieu antifasciste et les contre-cultures. Nous sommes féministes radicales, mais nos réflexions politiques ne sont pas toutes au même niveau et nous ne sommes pas toutes d’accord sur certains sujets. Lorsque nous avons créé le collectif, il y a maintenant 5 ans, nous nous sommes vite rendu compte que les autres groupes féministes évoluent davantage dans le milieu académique.

Critique postcoloniale et pratiques politiques du féminisme antiraciste. Notes Ochy Curiel, de nationalité dominicaine, enseigne à l’Université nationale de Colombie.

Critique postcoloniale et pratiques politiques du féminisme antiraciste

Elle a écrit plusieurs articles sur la relation entre race, classe, sexe et sexualité et milite au sein du mouvement féministe, antiraciste et lesbo-féministe d’Amérique latine et des Caraïbes. L’intersectionnalité en question (2) : face à la dépolitisation quelles solutions envisager pour les post colonisé-e-s ? Voir Article 1.

L’intersectionnalité en question (2) : face à la dépolitisation quelles solutions envisager pour les post colonisé-e-s ?

L’intersectionnalité en question : la dépolitisation blanche. La photo représente des femmes sud-africaines protestant dans les années 1980 contre l’apartheid, et est tirée de ce site. Au vu des trois points abordés dans le premier article, doit-on considérer que l’intersectionnalité ou tout simplement le principe d’articulation des rapports sociaux est perdu à jamais ? Non voyons ! Les réseaux sociaux, entre autres, montrent une volonté croissante de la part de femmes noires, et non blanches en générale, de signifier la complexité de leur position et de la prendre en compte.

» « Le féminisme ne nous a pas été appris par l’Occident » – Interview de Fatma Oussedik. 10 717 vues La femme algérienne est « la dominée du dominé » dans une société dominée par les pays occidentaux.

» « Le féminisme ne nous a pas été appris par l’Occident » – Interview de Fatma Oussedik

A partir de cet angle d’attaque, le seul qui puisse appréhender toutes les formes de domination et d’aliénation, la sociologue Fatma Oussedik analyse minutieusement les logiques sociales à l’œuvre qui cantonnent la femme algérienne à une place mineure. Loin de céder aux sirènes du féminisme occidental, qui d’une certaine manière endosse la mission de l’impérialisme, à savoir « émanciper » la femme musulmane, Fatma Oussedik sort des sentiers battus pour mettre en lumière d’autres modes d’émancipation de la femme algérienne.

Laïcité

Violences faites aux femmes. Sexualité, contraception, IVG et maternité. Inégalités. Hommes et féminisme. Culture et féminisme.