background preloader

Les limites

Facebook Twitter

L’économie collaborative. Un modèle en croissance fulgurante Une récente étude réalisée pour La Poste [1] en France relève qu’un Français sur deux pratique déjà l’économie collaborative (essentiellement la consommation collaborative).

L’économie collaborative

Cela recoupe une autre étude récente faite aux Etats-Unis [2]. Plus impressionnant encore, les courbes d’évolution du phénomène (qui feraient plus d’un envieu du côté de l’économie classique) montrent un bon doublement d’échelle à chaque année. Le crowfunding a soulevé 2,7 milliards de dollards en 2012 et plus de 5 en 2013 ; l’économie collaborative représente une trentaine de milliards en 2013. Ceux qui connaisent l’histoire des grains de riz dont le nombre double sur de case en case sur un échiquier (ou la métaphore du nénuphar) ont compris que très rapidement, cette nouvelle économie va disputer une part non négligeable à l’économie classique (51% des Français pensent que ces pratiques seront amenées à se développer).

Rapide présentation Mode de fonctionnement. L’économie collaborative. Un modèle en croissance fulgurante.

L’économie collaborative

The dark side of ‘sharing economy’ jobs. In this photo taken Tuesday, Dec. 16, 2014, a man leaves the headquarters of Uber in San Francisco.

The dark side of ‘sharing economy’ jobs

(Eric Risberg/AP) Flexible hours. The dark side of ‘sharing economy’ jobs. The Sharing Economy Lacks A Shared Definition. This excerpt is reposted from Co.Exist Written by Rachel Botsman You may have noticed the terms “sharing economy,” “peer economy,” “collaborative economy,” and “collaborative consumption” being used synonymously.

The Sharing Economy Lacks A Shared Definition

Ideas like “crowdsourcing,” the “maker movement,” and “co-creation” are being thrown into the mix. The space is getting muddy and the definitions are being bent out of shape to suit different purposes. So, do I think these terms have different meanings? People have asked me why I have not publicly clarified this earlier. I have attempted to break down, define, and visualize the most commonly used terms. An economy built on distributed networks of connected individuals and communities versus centralized institutions, transforming how we can produce, consume, finance, and learn. Production: Design, production, and distribution of goods through collaborative networks E.g. Consumption: Maximum utilization of assets through efficient models of redistribution and shared access. E.g. 3. La consommation collaborative, le versant encore équivoque de l’économie de la fonctionnalité.

1Encore en phase d’expérimentation il y a quelques années, l’économie de la fonctionnalité est aujourd’hui présentée comme un nouveau modèle économique d’entreprise prometteur répondant aux problématiques de développement durable.

La consommation collaborative, le versant encore équivoque de l’économie de la fonctionnalité

Popularisée par le Grenelle de l’environnement et médiatisée par les expériences de plusieurs entreprises menées dans des activités Business to Business (BtoB), telles que Michelin, Xerox, Elis… l’économie de la fonctionnalité s’étend depuis peu aux activités grand public. Trop souvent assimilée à la simple substitution d’un bien par un service, l’économie de la fonctionnalité nécessite d’enrichir la création de valeur en proposant aux clients des solutions globales intégrant services et usage de biens tout en consommant moins de ressources et d’énergie (Gaglio et al, 2011). 2L’économie de la fonctionnalité a été plus particulièrement analysée sous l’angle de l’offre dans une perspective économique globale ou plus organisationnelle.

Tableau 1. Tableau 2. 3.1. La consommation collaborative, le versant encore équivoque de l’économie de la fonctionnalité. La régulation de l’économie collaborative en question. En septembre, rapporte Ron Lieber pour le New York Times, Nigel Warren a loué la chambre qu'il occupe dans son appartement à New York sur Airbnb pour 100 $ la nuit.

La régulation de l’économie collaborative en question

Mais à son retour quel ne fut pas sa surprise d'être convoqué par son propriétaire et les agents de la ville de New York pour avoir enfreint plusieurs interdictions et se retrouver condamné pour plus de 40 000 $ d'amendes ! En effet, les lois locales ou votre contrat de location peuvent interdire la sous-location voir la location de courte durée.

A New York, par exemple, vous ne pouvez pas louer d'appartements ou de chambres pour moins de 30 jours, sauf si vous vivez dans les locaux en même temps. Des lois plus restrictives existent encore à San Francisco ou à la Nouvelle-Orléans, mais également à Paris ou Londres. Et il existe des règlementations à suivre pour devenir maison d'hôte ou Bed & Breakfast. Focus - Consommation collaborative. Table ronde 1 : "Périmètre et opportunités" Modérateur : Rémy GERIN, directeur exécutif de la chaire Grande Consommation de l’ESSEC Quelle articulation avec l’économie sociale et solidaire ?

Focus - Consommation collaborative

Jean-Louis CABRESPINES, président du Conseil national des Chambres régionales de l’économie sociale (CNCRES) Pratiques collaboratives et économie circulaire : quelles relations ? Anne DE BETHENCOURT, vice-présidente de l’Institut de l’économie circulaire et responsable Eco-innovation de la Fondation Nicolas Hulot Un exemple d’initiative collaborative avec le covoiturage.Laure WAGNER, membre de l’équipe fondatrice de BlaBlaCar > Lire les interventions et les échanges avec le public Table ronde 2 : "Impacts et risques juridiques" Point de vue d’une association de consommateursDominique ALLAUME-BOBE, vice-présidente de l’Union Nationale des associations familiales (UNAF) en charge du dossier Développement durable Focus assuranceCharles LE CORROLLER, juriste, INC.

6_CR_Colloque_conso_collaborative_TR2.pdf. Focus - Consommation collaborative. La régulation de l’économie collaborative en question. En septembre, rapporte Ron Lieber pour le New York Times, Nigel Warren a loué la chambre qu’il occupe dans son appartement à New York sur Airbnb pour 100 $ la nuit.

La régulation de l’économie collaborative en question

Mais à son retour quel ne fut pas sa surprise d’être convoqué par son propriétaire et les agents de la ville de New York pour avoir enfreint plusieurs interdictions et se retrouver condamné pour plus de 40 000 $ d’amendes ! En effet, les lois locales ou votre contrat de location peuvent interdire la sous-location voir la location de courte durée. A New York, par exemple, vous ne pouvez pas louer d’appartements ou de chambres pour moins de 30 jours, sauf si vous vivez dans les locaux en même temps.

Des lois plus restrictives existent encore à San Francisco ou à la Nouvelle-Orléans, mais également à Paris ou Londres. 1_CR_Colloque_conso_collaborative_AMAND_INC.pdf. La consommation collaborative, un acte politique ? Suite à la tribune de Jean-Paul Flipo sur OuiShare.net j’ai eu envie d’en savoir un peu plus sur l’approche qu’il expose dans son livre : redonner une envergure politique à la consommation.

La consommation collaborative, un acte politique ?

J’ai eu l’opportunité de lui poser quelques questions qui viennent éclaircir certaines zones d’ombres. Il semble que vous souhaitiez redonner une dimension politique à la consommation. Pensez-vous qu’il existe une corrélation directe entre les dérives des modes de consommation de notre système économique et notre système politique où la démocratie apparaît comme de plus en plus utopique ? La consommation collaborative n’est pas un « pop up », un phénomène qui aurait fait irruption inopinément dans nos sociétés développées, ou déclenché simplement par les circonstances actuelles de la crise économique que nous traversons. Partons de ce qui est apparemment le plus lointain : le mauvais fonctionnement des démocraties libérales au 21e siècle, comme vous le suggérez dans votre question. Consommation collaborative : Quels enjeux et quelles limites pour les consommateurs ?

Les français pratiquent la consommation collaborative depuis très longtemps sans vraiment s’en rendre compte par l’autostop par exemple, mais cette consommation n’était pas encore régie par des échanges monétaires, alors qu’aujourd’hui, avec l’émergence d’Internet, les pratiques évoluent, les français peuvent mieux s’organiser entre eux pour consommer moins, mieux et surtout différemment.

Consommation collaborative : Quels enjeux et quelles limites pour les consommateurs ?

Les études réalisées sur ces nouveaux modes de consommation démontrent que les personnes qui pratiques ces nouvelles formes de consommation ne sont pas des gens qui souhaitent rejeter la société de consommation, mais des gens qui se détournent des commerces traditionnels par simple désir de mieux consommer et réaliser des économies de temps, d’espace et d’argent. Mais ce type de consommation peut-il se dispenser encore longtemps d’un nombre minimal de règles ? Le droit qui protège le consommateur est-il opposable au consommateur qui fourni ? Consommation collaborative : Quels enjeux et quelles limites pour les consommateurs ?