background preloader

Photo libre

Facebook Twitter

Le Louvre fait évacuer par la police un étudiant qui photographie. Comme si l’organisation chaotique (pour dire le moins) des expositions Vermeer et Valentin ne suffisaient pas, le Louvre se distingue à nouveau en faisant sortir, escorté par les forces de l’ordre, un étudiant en histoire de l’art qui prenait des photographies dans cette dernière rétrospective.

Le Louvre fait évacuer par la police un étudiant qui photographie

Oui, la photo et les images ont leur place au musée ! (ainsi que dans toutes les institutions culturelles du reste !) Tout le monde s’est déjà fait entendre, au moins une fois dans un musée, une expo ou lors d’une visite « Pas de photo !

Oui, la photo et les images ont leur place au musée ! (ainsi que dans toutes les institutions culturelles du reste !)

(s’il vous plaît) ». A ce moment là, on observe trois attitudes : le visiteur docile, qui fait un « oh pardon ! Mordre les photographes. L’Union des Photographes Professionnels (UPP) lance un pavé dans l'argentique en réclamant la fin de la gratuité et du partage gracieux, et la mise en place d'une usine à gaz à contre-courant des pratiques qui démocratisent aujourd'hui la photo.

Mordre les photographes

Analyse, démonstration et contre-proposition de notre juriste-maison. Fortement bouleversé depuis plusieurs années par les évolutions du numérique, le secteur de la photographie professionnelle s’organise et réagit pour proposer des solutions au gouvernement. Ainsi, L’Union des Photographes Professionnels (UPP) propose un Manifeste des photographes en huit points, indiquant des pistes par lesquelles le législateur pourrait agir pour améliorer leur condition. Après une première lecture, ma première envie a été de les mordre… littéralement !

Tellement ce manifeste constitue en réalité une déclaration de guerre contre la culture numérique. Cet élément constituerait déjà à lui seul une raison suffisante pour avoir envie de les mordre. Mauvais réflexe. Les photos « interdites » de l’exposition Tim Burton à la Cinémathèque ! Hello Allez, un petit article avant les vacances pour vous partager les photos « interdites » de l’Exposition Tim Burton qui avait lieu à la Cinémathèque En effet, dimanche dernier avec Gayané, nous sommes allés à la Cinémathèque, faire la queue pendant deux heures et, ouf, explorer l’univers passionnant et passionné de Tim Burton.

Les photos « interdites » de l’exposition Tim Burton à la Cinémathèque !

Dans les salles de la Cinémathèque, des gens curieux, des fans de la première heure, des enfants et beaucoup de gens admiratifs. Interdire de photographier au musée est un contresens » Article » OWNI, Digital Journalism. Le musée d'Orsay interdit la photographie.

Interdire de photographier au musée est un contresens » Article » OWNI, Digital Journalism

En renonçant à une pratique essentielle de la démocratisation culturelle, le musée ne risque-t-il pas de tourner le dos à ses missions ? Ah! Si seulement la culture restait l’affaire de quelques-uns, esthètes raffinés à même de profiter de la délectation des œuvres! Manque de chance, la populace aussi aime les musées, et s’y précipite en «cohortes», quand ce n’est pas en «hordes». Et pire du pire, ces pique-assiettes qui ont l’audace de prendre Malraux au mot se promènent habituellement munis de sandwiches au pâté et d’appareils photos derrière lesquels ils s’abritent, au lieu de s’abîmer dans la contemplation d’Un enterrement à Ornans. Photographie quand t'as pas le droit ça les emmerde. Photographie quand t’as pas le droit ça les emmerde jeudi 9 août 2012 Je le savais très bien, qu’on n’avait pas le droit de photographier, dans ce musée.

photographie quand t'as pas le droit ça les emmerde

D’ailleurs j’ai obtempéré et laissé l’appareil-photo dans mon sac d’ordi à la consigne. Mais là on vient pour voir, et voir pour moi ça se fait avec l’iPhone – pour de vrai. Je veux un renseignement sur un type, une date, un lieu, une technique, j’ai Google de prêt dans mon machin de poche. François Bon | le journal images. Photographier au musée : une « barbarie » selon Guy Cogeval. Accueil > Musées > Musée d’Orsay > No photo au musée d’Orsay Bernard Hasquenoph | 21/10/2012 | 18:24 | 23 commentaires Le musée d’Orsay interdit la photo dans ses salles depuis 2010.

Photographier au musée : une « barbarie » selon Guy Cogeval

Son président, dans un entretien publié dans un catalogue d’exposition, justifie la mesure en reprochant aux outils numériques d’empêcher toute contemplation directe des oeuvres. Une vision rétrograde en totale contradiction avec d’autres de ses déclarations et avec la participation de l’établissement qu’il dirige au Google Art Project. Say "click"! When I visited the Museum of Vienna a few weeks ago, what mostly caught my attention was Unter 10, a temporary exhibition of objects from the museum collection that measured under 10 centimetres.

Say "click"!

I thought it was an original subject for a city museum exhibition. When I arrived at the exhibition entrance, I was very pleased to read the well-written introductory text, to contemplate the excellent graphic design and also a visually impressive panel with rows of hanging magnifying glasses, waiting to be picked up by visitors in order to explore the miniatures exhibition.

I asked two guards near the entrance if I could take a photo of the panels. They looked at each other not really knowing what to answer. The younger one said “I guess so, why not. It´s a great thing to be able to take photos in museums. Some museums around the world adapted quickly to the new realities created by digital technology and social media in the way people of all ages experience museum visits. Le public moderne et la photographie.