background preloader

Management

Facebook Twitter

Les différents styles de direction – la délégation et la décentralisation du pouvoir | SURFECO21. Introduction : Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1980) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] I – Les styles de direction A – Les styles de direction selon Rensis Likert Professeur de psychologie industrielle à l’Université du Michigan aux Etats-Unis, Rensis Likert (1903-1981) conduit des recherches sur les attitudes et les comportements humains au travail. […] Il cherche à comprendre dans quelle mesure la nature des relations entre supérieurs et subordonnés peut conduire à des résultats très différents dans un contexte organisationnel identique.

Les résultats de ses recherches sont publiés en 1961 dans un ouvrage intitulé « Le gouvernement participatif de l’entreprise ». Source : Jean-Michel Plane, Management des organisations, Dunod, 2003 1 – Le manager autoritaire Il ne fait aucune confiance à ses collaborateurs. 2 – Le manager paternaliste .3 – Le manager consultatif. Les entreprises libérées réinventent la GPEC | Talentroc Solutions. 93 % des cadres dirigeants déclarent que le succès à long terme de leur stratégie dépend de leur capacité à innover (1). La structure pyramidale étant un frein à l’innovation, il est devenu une priorité pour les entreprises de réinventer leur mode de management. Certaines ont choisi l’entreprise libérée, société dans laquelle « les salariés peuvent décider toutes actions qu’ils considèrent eux-mêmes comme étant les meilleures pour l’entreprise » (2) .

L’autonomie, la responsabilité et le développement des compétences, reconnus comme les facteurs de motivation des salariés, sont les maîtres-mots de l’entreprise libérée. Pour ces dernières, la gestion des compétences est donc un pilier. Notre avons donc souhaité porter notre attention sur les actions mises en place en termes de développement et d’optimisation des compétences des salariés dans ces structures.

L’entreprise libérée, un mode de management innovant Groupe Hervé : vers une déspécialisation des salariés Laura Chateigner. La hiérarchie, c’est fini ?, Innovation sociale. Elle a été, ces derniers temps, pronostiquée comme la principale innovation managériale des entreprises en transformation, particulièrement digitale. La fin de la hiérarchie est-elle cette révolution annoncée ou une simple mode qui fait illusion ? C’est pour répondre à cette interrogation que, dans le cadre de son master executive « Trajectoire Dirigeants », Sciences Po Paris a organisé une masterclass avec le sociologue Erhard Friedberg, le 1er décembre dernier.

Partageant une conviction « très ferme », le co-auteur (avec Michel Crozier) de « L’acteur et le système » (1977), s’inscrit à rebours de la littérature managériale contemporaine : « Il n’y a pas d’entreprise sans hiérarchie », s’est-il attaché à démontrer. Pour celui qui demeure l’un des chefs de file de l’Ecole française de sociologie, la hiérarchie n’est « rien d’autre qu’une règle », tandis qu’elle constitue « un régulateur » pour le fonctionnement de l’organisation. Plus de flexibilité. Transformation manageriale lien social et création de valeur... la nouvelle ère. Qu'est-ce qu'un bon manager ? Il ne suffit pas d'être apprécié pour bien diriger. Il faut également réussir à mettre en place des changements sans bouleverser les habitudes.

Hiroshi Mikitani, fondateur et PDG de Rakuten, un conglomérat japonais de e-commerce est à la tête de plusieurs milliards de dollars. Pour manager au mieux ses équipes, il applique une règle fondamentale : Dès que l'entreprise atteint un nouveau seuil de "3 ou 10" en termes de nombres d'employés (30, 100, 300, 1 000...) toute l'infrastructure en place est revue. Savoir que des éléments comme l'organisation des réunions, la communication d'équipe et la détermination des salaires ont besoin d'évoluer au fil du temps est une chose, réaliser ces changements efficacement en est une autre. Perry Keenan est l'un des directeurs généraux de Boston Consulting Group. Il établit des objectifs précis en fonction de la règle 80-20 Il réduit la bureaucratie Il est disponible pour les employés Il met en place des actions en fonction des comportements individuels. L’éthique devient un facteur clé du management des entreprises.

Dans certaines entreprises, le code de déontologie est remis à chacun des arrivants sous la forme d’un livret, consultable également sur internet. Ne pas se contenter d’énoncer quelques règles génériques, les valeurs doivent être expliquées clairement. Scandales financiers, affaires de corruption, délits de conflit d’intérêts…, régulièrement des scandales secouent le monde des affaires. Face à ces risques de dérapages, les entreprises ont pris conscience d’adopter un comportement éthique socialement et écologiquement sous peine de boycott, de pression de l’opinion publique ou tout simplement de mauvaise image.

Des institutions bancaires aux multinationales en passant par les administrations publiques, de plus en plus d’organisations édictent des codes d’éthique ou de déontologie afin d’exprimer leurs engagements que doivent s’approprier managers et salariés. Mettre en exergue les comportements qui sont en phase avec les valeurs Brahim Habriche. L’espace de discussion n’est pas un... L’entreprise libérée : Le DRH doit se positionner ! Charles-Henri Besseyre des Horts, Professeur Émérite à HEC Paris, Directeur académique du programme certifiant (CESA) Ressources Humaines et Organisations d'HEC Paris Executive Education et Senior Advisor chez Winego International & Misceo, s'exprime sur l'entreprise libérée - nouvelle mode managériale - dans son dernier article paru dans la revue « Personnel » N°566 de Janvier 2016, pages 40 et 41.

S’il est un sujet qui a suscité des débats de plus en plus passionnés voire des controverses au cours de la seconde moitié de 2015, c’est bien celui de « l’Entreprise Libérée » encensé jusqu’à la fameuse tribune de François Gueuze publiée en mai 2015 dans laquelle était écorné pour la première fois, et avec des arguments sérieux, un concept que d’autres, comme Hubert Landier, ont qualifié récemment de « mou » comme les concepts « d’entreprise agile » ou de « management bienveillant ».

Une belle idée généreuse de l’entreprise Une idée contestable dans sa mise en œuvre. Management : Les 4 Temps du Management. Les entreprises libérées : une mythologie explosive Le succès médiatique du mouvement des entreprises libérées ne manque pas d'étonner. Il n'interpelle pas seulement les cadres et dirigeants dont c'est devenu la conversation favorite du moment mais la société toute entière; jusqu'aux lycéens des classes terminales qui demandent à leurs enseignants de faire venir des intervenants dans leurs classes pour en savoir plus ou telle candidate à l'agrégation qui contacte son professeur pour préparer au mieux ce thème en posant l'hypothèse que celui - ci pourrait être retenu lors de l'examen.

Comment comprendre la fascination qu'exerce sur les esprits cette mythologie " en état d'explosion" (Durand; 1996) qu'est le phénomène des entreprises libérées ? Retour sur l'impensé épistémologique des sciences de gestion Les sciences de gestion sont assez récentes. La réduction anthropologique du facteur humain dans les sciences de gestion La désespérance comme source de l'Utopie Bibliographie. Les entreprises libérées réinventent la GPEC | Talentroc Solutions. Votre satisfaction au travail dépend de la compétence de vos supérieurs. Pour se sentir bien professionnellement, rien de mieux que de savoir son travail reconnu par son supérieur… Encore faut-il le considérer comme compétent !

C’est le constat dressé par une étude portant sur la satisfaction professionnelle. Mais que faire, lorsque son patron est un « incapable », pour ne pas sombrer dans la morosité au travail ? Lucien Fauvernier A découvrir Pour réaliser cette étude, parue en janvier 2015, Amanda Goodall, professeure de commerce de la City University de Londres a sondé 35 000 employés anglais et américains. L'étude publiée dans la très sérieuse Harvard Business Review, met en avant un taux de satisfaction professionnelle plus élevé chez les employés dirigés par un patron capable de faire leur travail. Yves Clot est professeur et titulaire de la chaire de psychologie du travail au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM). Si la satisfaction au travail dépend de la compétence de ses supérieurs, de quelles compétences parle-t-on ? Le management à l’heure du digital. Alors que de nouveaux outils apparaissent presque tous les jours, faisant de la digitalisation de l’économie et des organisations une des bascules les plus signifiantes de ces dernières décennies, le management, longtemps perçu comme une activité stable, doit lui aussi aujourd’hui opérer une mutation, et même devenir un acteur clé, un levier de ce changement.

Un manager ne peut se contenter d’être un suiveur. Il se doit d’incarner le changement auprès de ses équipes. Quel que soit le contexte économique ou social de l’entreprise, il porte le projet de la direction et lui donne sens. Certes, mais au-delà du discours, cette bascule digitale pose un réel défi aux managers d’aujourd’hui : comment parvenir à gérer l’usage personnel, qui consiste à s’initier pour soi-même, et le partage collaboratif, au profit de l’efficience collective. De nombreux managers se sentent désorientés et dépassés face à ces nouveaux défis. 1- Accepter la dynamique collaborative.

Entrepreneur ou salarié, lequel trime le plus? Alors quand un ministre prétend que la vie d’un entrepreneur est plus dure que celle d’un salarié, il n’est pas étonnant de voir le débat enflammer la toile. A tort ou à raison? C’est dur, la vie d’un salarié Je peux vous le dire, oui, c’est dur. C’est dur parce qu’avec le temps, la lassitude vient, et que psychologiquement, c’est difficile à vivre. C’est dur parce qu’on ne fait pas toujours ce que l’on veut. C’est dur, parce qu’on a parfois un petit chef au-dessus de soi qui nous pourrit la vie (vous le reconnaissez? Et puis un jour j’ai créé ma boîte.

C’est dur, la vie d’un entrepreneur Contrairement à ce que vous pouvez croire, c’est dur d’être entrepreneur, et largement plus dur que d’être salarié. C’est dur, parce que quand ça démarre, vous vous retrouvez à faire le commercial, le manager, le consultant, le comptable, et même le responsable des moyens généraux. C’est dur parce que vous portez le risque de votre affaire, de votre entreprise. Mais alors, d’où vient l’erreur? De l’art de recruter en interne les bons intrapreneurs – Partie 1: les qualités recherchées – Les Hacktivateurs. Au cours de mes nombreuses lectures électroniques, j’ai eu la chance de tomber sur 2 articles publiés sur le blog de l’agence Board of Innovation, spécialisée dans le domaine de l’intrapreneuriat et l’innovation de modèle d’affaire (business model).

Le premier article, publié par Yannick Khayati le 17 décembre 2015, concerne les qualités que l’on attend d’un intrapreneur. Je vous en livre une traduction approximative pour éclairer votre lanterne sur ce thème. Le sujet de l’intrapreneuriat est devenu un sujet brûlant ces temps-ci, mais des questions se posent encore : qui sont ces intrapreneurs ? Qu’est-ce qui les distingue des autres salariés ? Pourquoi est-il coutume de dire que les « intrapreneurs sont en train de sauver l’avenir des entreprises » ? Est-il simplement possible « de prendre un entrepreneur, de le vêtir d’un nouvel habit et de le mettre dans l’environnement de l’entreprise » ? C’est une noble proposition mais elle ne fonctionne pas dans la plupart des cas. J'aime : Leçons de leadership des grandes entreprises familiales.

Harvard Business Review Février-mars 2016 Mag Leadership Leçons de leadership des grandes entreprises familiales Mag Le 14/01/2016 Ce n’est pas un secret : la gouvernance, les changements de dirigeants et même la survie sont parfois difficiles dans les entreprises familiales. Voici quelques exemples emblématiques : le gouvernement portugais a sauvé en 2014 Banco Espírito Santo à la suite de la démission de son P-DG, arrière-petit-fils du fondateur de la banque, car il était soupçonné d’irrégularités financières. On a beau avoir entendu nombre de success stories en matière d’entreprises familiales, les cas harmonieux, sains et pérennes semblent les exceptions qui confirment la règle. Et pourtant, que le terme « familial » renvoie à leurs actionnaires ou à leurs dirigeants, ces entreprises jouent un rôle majeur dans l’économie mondiale. Une gouvernance structurée Un « centre de gravité familial » La recherche des leaders de demain Un processus de succession méthodique.

Les styles de leadership selon Hersey et Blanchard. Selon Paul Hersey et Ken Blanchard, les créateurs du leadership situationnel (ou management situationnel), il n’existe pas de « bon » style de leadership : un leader doit adopter le style le plus adapté à la situation. Paul Hersey et Kenneth Blanchard ont développé la théorie dite du leadership situationnel (ou management situationnel), selon laquelle il n’existe pas de « bon » style de leadership : un leader doit adopter le style le plus adapté à la situation. L’objectif d’un leader consiste à accroître progressivement le niveau de maturité de ses collaborateurs afin de développer leur autonomie dans le travail. L’autonomie s’entend ici comme le croisement de la compétence (le collaborateur sait ou ne sait pas faire) et de la motivation (le collaborateur veut ou ne veut pas faire). Selon Paul Hersey et Ken Blanchard, il n’existe pas de « bon » style de leadership : un leader doit adopter le style le plus adapté à la situation.

L’autonomie d’une personne est composée de : Style 1 – Directif. Rumeurs en entreprise: comment désamorcer la crise? Et si les discussions autour de la machine à café ou pendant la pause déjeuner étaient plus dangeureuses qu'elles n'y paraissent? Car ces moments de détente entre collègues où l'on passe en revue la vie au bureau, les dernières décisions du groupe sont le nid de nombreuses rumeurs qui circulent et déstabilisent l'entreprise. Entre un congé maladie qui devient licenciement, une future collaboration qui se transforme en crainte de fusion, un déménagement qui devient délocalisation, il n'y a qu'un pas.

"J'ai entendu parler d'un cas où une entreprise installée à l'est de Paris s'est juste contentée d'annoncer au personnel qu'elle déménageait. Contrairement aux idées reçues, l'affluence des rumeurs au sein des entreprises n'est pas liée à un intérêt particulier pour les ragots mais plutôt à une mauvaise communication. "En France, les entreprises ont la culture du secret alors qu'il faut passer à une culture d'explication et de transparence", analyse Eric Sotto. Désamorcer la rumeur. Les managers autoritaires sont les moins performants. Des chercheurs de l'université américaine Duke constatent que les managers qui veulent tout contrôler et monopoliser la parole, détruisent la créativité de leurs équipes.

Un manager omniprésent et menant ses troupes à la baguette obtient-il de meilleurs résultats? La réponse est non selon l'étude «The negative impact of leader power on team performance» publiée par des chercheurs de la prestigieuse université américaine Duke. Vous utilisez un bloqueur de publicité Pour poursuivre la lecture de nos articles, nous vous proposons deux solutions : Tout Le Figaro en illimité Le journal en numérique dès 22h Le site Premium, sans publicité L’information sur tous les écrans 1 MOIS D’ESSAI GRATUIT Un manager autoritaire et omniprésent a tendance à monopoliser la parole et à ignorer l'opinion des autres. Les universitaires américains observent qu'un groupe sans chef est plus performant qu'une équipe menée par un leader autocrate. » Retrouvez les dernières offres d'emploi avec Cadremploi. Management: les cinq tendances de 2014. Comment gérer un manager toxique : Le management de type 4x4 | Psychologies.com.

Les 7 pratiques managériales les plus innovantes du Monde. Management : conseils pour les grands groupes qui se rêvent en start-up. Google, le nouvel Eldorado des Employés. Une révolution du management : le modèle Google - Les bonnes feuilles. Du management intergénérationnel à l'innovation managériale par Francis Boyer - Chronique Management.

"Les managers doivent être des leviers du bonheur au travail" Management strategique et management operationnel. Management de l'entreprise. L'art de la manipulation gentille. Nudge ou le paternalisme bienveillant. Poult : le management démocratique existe. Coaching : 209 documents à télécharger gratuitement. Management participatif. 5 raisons d'oser confier des responsabilités aux jeunes dans votre entreprise.

Savoir-faire et savoir-être : où mettre le curseur. La leçon de management de l’une des icônes de la Silicon Valley. Les 12 travaux du manager de demain. Process com: comment gérer les six personnalités les plus courantes. Strategie-manager. Psychologie des groupes et management. Les 10 plaies de la légitimité du manager - Coaching de manager. Quelques concepts autour du management. Compétences transversales - Diriger une équipe.

Travail d'équipe et Groupe. PUB BUS - Lijn. Les 24 styles de management dans le monde. Management de transition : les 3 clés pour une mission réussie. Connaissez-vous les 12 conditions du plaisir au travail ? - Management de l'intelligence collective. Transformation manageriale lien social et création de valeur... la nouvelle ère. Qu'est-ce qu'un bon manager ? Vers une véritable analyse système de l’entreprise. L’éthique devient un facteur clé du management des entreprises. "Le management ne peut pas se contenter de mettre une couche de numérique sur l'existant", estime Martine Le Boulaire d'Entreprise et Personnel.

   9 Français sur 10 rêvent de changer d'emploi. Paywall mobile. L’entretien d’évaluation, ça m’aide ou ça m’enfonce ? Le Laboratoire de recherche collaborative » Quelles nouvelles modalités de management des collaborateurs ? On sait enfin pourquoi il y a tant d’incompétents au pouvoir. Entreprise libérée & organisation teal : que recherchent réellement les salariés ? » JfInsights. "Développer une vision d'entreprise pour un leadership du 21ème siècle" - Blog Digital Effervescence. Emploi, social : ce qui change au 1er janvier 2016. Recadrage au travail: trois personnalités à manager avec précaution. 6 lois à connaître pour mieux organiser son temps de travail. Qu'est-ce que la GRH Gestion des Ressources Humaines. Conduite du changement et économie de la connaissance. Piloter la phase opérationnelle du changement.

Conduite du changement – leadership, stratégie, management et culture. Comment et pourquoi piloter le changement? Comment faites-vous ? Le bonheur au travail - ARTE. La pédagogie par objectifs. "Les managers doivent être des leviers du bonheur au travail".

Le Bonheur au Travail (DOCUMENTAIRE) Le bonheur au travail - 2015 - Documentaire. Diaporama | 5 initiatives originales pour motiver ses commerciaux. Casino prescrit le management bienveillant, Gérer et Motiver son équipe. Thierry Marx livre les sept ingrédients secrets de son management. 12 conseils de Steve Jobs. Quels indicateurs pour la gestion des talents ? Caractérisez le style de direction. Les solutions prises par l'organisation : comment traiter cette question ? Comment répondre à la question : soulevez le problème de management. Équipe Commerciale : 6 idées créatives pour la motiver. La bienveillance en entreprise, mythe et réalités. Nouveau livre : Le manager contre-naturel ... un manager d'exception ? Management de projets & management paradoxal. Voici pourquoi il y a tant d'incompétents au pouvoir - Sciences. DISC, un nouvel outil pour évaluer son comportement et son style.

Les émotions, alliées du bien-être au travail. Pas de recette pour le leadership (4) : l'intention. Leadership : l'intention. La force de l'intention, MPM-management postmoderne. Paywall mobile. Paywall mobile. 20 actions simples pour faire de vous un meilleur manager. Libérer l'entreprise, mais de quoi? Le management libéré : le modèle parfait pour diriger sa startup.

La bienveillance au travail, un vecteur de bien-êtreJ'aime le lundi ! Mieux vivre le travail… 5 erreurs de management tirées de Star Wars. Innovation managériale : de quoi parle-t-on ?