background preloader

Veille fiscale P3

Facebook Twitter

Journal (comptabilité) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Journal (comptabilité)

Les livres comptables obligatoires : grand-livre, livre-journal et livre d'inventaire. Toute personne physique ou morale ayant le statut de commerçant a l’obligation de tenir des livres comptables obligatoires.

Les livres comptables obligatoires : grand-livre, livre-journal et livre d'inventaire

Les livres comptables obligatoires comprennent les éléments suivants : le livre-journal , le grand-livre et le livre d’inventaire. 1. Précisions sur l’obligation de tenir des livres comptables L’obligation de tenir des livres comptables s’appliquent à tout les commerçants sauf 2 exceptions : les commerçants personnes physiques placés sous le régime de la micro-entreprise,et ceux qui sont placés sous le statut d’auto-entrepreneur. Pour plus d’informations : Documents de synthèse. Règles d'établissement et de présentation 511-1. - Les documents de synthèse, qui comprennent nécessairement le bilan, le compte de résultat et une annexe mettent en évidence tout fait pertinent, c'est-à-dire susceptible d'avoir une influence sur le jugement que leurs destinataires peuvent porter sur le patrimoine, la situation financière et le résultat de l'entité ainsi que sur les décisions qu'ils peuvent être amenés à prendre.

Documents de synthèse

Les documents de synthèse - Memo Compta. Le code du commerce précise que toute personne physique et morale ayant la qualité de commerçant doit établir des comptes annuels à la clôture de l’exercice au vu des enregistrements comptables et de l’inventaire.

Les documents de synthèse - Memo Compta

Ces comptes annuels comprennent le bilan, le compte de résultat et l’annexe qui forment un tout indissociable. La présentation des comptes annuels La loi prévoit 2 présentations des comptes : Grand livre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grand livre

Le Grand livre est le recueil de l'ensemble des comptes utilisés d'une entreprise qui tient sa comptabilité en partie double (classe des comptes du Plan comptable de 1 à 9 et les montants correspondants). Enjeux du grand livre[modifier | modifier le code] Dans le système de la comptabilité en partie double, chaque événement ayant fait l'objet d'une écriture au journal est reportée au Grand livre sous forme d'écriture présentant une somme associée à un compte au débit (partie gauche du compte) et à un autre compte au crédit (partie droite). Organisation comptable : Grand livre et Balance. Plusieurs documents en plus du Journal sont aussi nécessaire pour l’organisation comptable c’est le cas du Grand livre et la Balance.

Organisation comptable : Grand livre et Balance

Le Grand livre Le grand livre est un document comptable obligatoire qui regroupe tous les comptes de l’entreprise qui figurent au Journal. Le grand livre se présente généralement sous forme de fiches classées dans un classeur ou dans un fichier, ou même sur des feuilles amovibles chacune est réservé à un compte. Le grand livre est donc formé par l’ensemble des comptes reportés du journal, article par article. Exemple : grand livre La Balance La balance est un document comptable qui reprend selon les dispositions du plan comptable l’ensemble des comptes ouverts au niveau du journal et du grand livre. Toutes les informations sur chaque compte doivent être mentionnées : numéro du compte, intitulé, montant du débit et du crédit, solde débiteur ou créditeur. Auto-entrepreneur. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Auto-entrepreneur

Auto-entrepreneur est un régime français de travailleur indépendant créé en 2008 pour simplifier la gestion administrative en remplaçant toutes les cotisations sociales et tous les impôts et taxes par un versement unique proportionnel au chiffre d'affaires. À partir de 2011, les taux ont été augmentés et le principe de cotisation unique a été abandonné pour assujettir en plus les auto-entrepreneurs à la CFE (très variable d'une commune à l'autre, entre 20€ à 2 000 €), à la Contribution à la Formation Professionnelle (CFP), en 2015 à la taxe pour les frais de chambre de commerce (CCI) ou de métiers (CMA).

Il a d'autre part été fusionné avec le statut fiscal de la micro-entreprise. Histoire[modifier | modifier le code] En septembre 2012, quatre ans après sa création, le régime d'auto-entrepreneur fait pourtant l'objet de différentes critiques. Auto-entrepreneur. Définition Le régime de l'« auto-entrepreneur » s'applique depuis le 1er janvier 2009 aux personnes physiques qui créent ou possèdent déjà une entreprise individuelle pour exercer une activité commerciale, artisanale ou libérale (hormis certaines activités exclues), à titre principal ou complémentaire, et dont l'entreprise individuelle remplit les conditions du régime fiscal de la micro-entreprise et qui opte pour exercer en franchise de TVA.

Auto-entrepreneur

Il offre des formalités de création d'entreprises allégées ainsi qu'un mode de calcul et de paiement simplifié des cotisations sociales et de l'impôt sur le revenu. Remarque. Auto-entrepreneur : le statut de l'autoentrepreneur. Septembre 2015 Adopter le statut d'auto-entrepreneur est la façon la plus simple de créer une entreprise et de se mettre à son compte.

Auto-entrepreneur : le statut de l'autoentrepreneur

Tous les avantages de l'auto-entreprise. Définition. 2_Dix-points.pdf. Qu´est-ce que le statut d´auto-entrepreneur ? Régime spécifique de l’entreprise individuelle désigné à tort comme un statut, le régime d’auto-entrepreneur connaît, depuis 2009, date de sa création, un succès jamais démenti.

Qu´est-ce que le statut d´auto-entrepreneur ?

Mais au juste, c’est quoi un auto-entrepreneur ? Quelles sont ses particularités ? Qui peut le devenir ? Pour quelles activités ? Qu’est-ce qui a changé avec la loi Pinel ? Centre de gestion agréé - APCE, agence pour la création d'entreprises, création d'entreprise, créer sa société,l'auto-entrepreneur, autoentrepreneur, auto-entrepreneur, auto entrepreneur, lautoentrepreneur, reprendre une entreprise, aides à la création d' Les centres de gestion agréés (CGA) ont auprès des petites entreprises une mission : d'assistance en matière de gestion, d'assistance en matière fiscale, et de prévention des difficultés. Ils s'adressent aux entreprises industrielles, commerciales, artisanales et agricoles, exerçant en entreprise individuelle ou en société quel que soit leur régime d'imposition. Qu'est-ce qu'un CGA ? Un Centre de Gestion Agréé (CGA) est une association loi 1901.

Les CGA ont été créés par la loi du 27 décembre 1974 et sont répartis sur l’ensemble du territoire national. Le CGA vous apporte : la non application d’une majoration de 25% du bénéfice imposable,une assistance à la gestion,une prévention fiscale, Le CGA n’établit pas les comptes et ne tient pas la comptabilité de ses adhérents. Les CGA regroupent généralement, au sein de leur organe de direction, tout l’environnement économique de la petite entreprise : experts-comptables, organismes consulaires et adhérents.

Les avantages des centres de gestion agréés. En contrepartie de certains engagements, l'adhésion à un CGA (centre de gestion agréé) procure certains avantages fiscaux. Il en est de même de l'adhésion à une association de gestion agréée (AGA). Qui peut adhérer Peuvent adhérer à un CGA les commerçants, artisans ou industriels qui exercent leur activité professionnelles en tant que travailleur indépendant ou dans le cadre de sociétés soumises à l'impôt sur le revenu (SNC, Sarl de famille, etc.). Les caractéristiques du centre de gestion agréé.

Vous pouvez adhérer à un centre de gestion agréé dans trois cas : vous êtes commerçant, industriel ou artisan inscrit au registre de commerce ou au répertoire des métiers ; vous exercez une activité professionnelle ou non-professionnelle dont les résultats sont imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) ; vous pouvez également adhérer à un centre de gestion " BIC " si vous êtes exploitant agricole.

Où va l’argent de vos impôts ?, Actualité/Analyse Impôts. Le « ras-le-bol fiscal » prend de l’ampleur. Entre les ponctions supplémentaires à venir et l’arrivée dans les boites aux lettres des avis d’imposition 2013, beaucoup de Français font grise mine. Au point parfois de se demander comment est utilisé l’argent versé à l’Etat. Impôt sur le revenu. Pour les personnes mariées, le foyer fiscal est constitué du contribuable, de son conjoint et des personnes à charge. Les revenus et les charges de tous les membres du foyer fiscal sont pris en compte pour établir une imposition unique au nom du contribuable. L’impôt sur le revenu tient compte de la situation de famille (célibataire, marié, séparé, pacsé, …), des charges de famille (enfants mineurs à charge, majeurs rattachés,…), et de certaines situations personnelles (invalidité, ancien combattant,…).

Impôt sur le revenu (France) Impôts 2015 : barème de l'impôt sur le revenu. Comment calculer votre impôt 2015 avec le barème de l'impôt 2015 sur les revenus 2014, qui prend en compte à la fois les tranches d'imposition, la décote et les plafonds du quotient familial. Impôt sur les sociétés (taux normal) - APCE, agence pour la création d'entreprises, création d'entreprise, créer sa société,l'auto-entrepreneur, autoentrepreneur, auto-entrepreneur, auto entrepreneur, lautoentrepreneur, reprendre une entreprise, aides à l.

IS : calcul de l'impôt sur les sociétés et taux d'imposition. Révisé le 30/04/2015 par les Carole Girard-Oppici et classé dans Impôts. Taxe sur le chiffre d'affaires réalisé dans l'année et modalités de paiement des acomptes. Introduction L'impôt sur les sociétés (IS) est dû par les sociétés de capitaux (type SA société anonyme, SAS société anonyme simplifiée, SARL société à responsabilité limitée, SCA société en commandite par action, SEL société d'exercice libéral, etc.), mais aussi par certaines personnes morales (association réalisant des opérations à but lucratif, organisme public, société civile ayant une activité industrielle et commerciale) qui exercent sur le territoire français une activité commerciale habituelle. Imposition des sociétés. Accueil Vos droits, démarches et obligations > Vos droits, démarches et obligations > Fiscalité > Impôts liés au chiffre d'affaires Imposition des sociétés.

Impôt sur les sociétés : entreprises concernées et taux d'imposition. Professionnels. Impôt sur les sociétés. Votre entreprise est imposable à l'IS sur ses bénéfices uniquement si elle est exploitée en France. Cela veut dire qu'elle doit y exercer une activité commerciale ou industrielle habituelle. En principe, votre société (même si elle est française) n'est donc pas imposable sur les bénéfices qu'elle réalise à l’étranger par le biais de succursales qu'elle y exploite. Le montant du bénéfice à déclarer chaque année est donc celui que votre société réalise dans tous ses établissements français.

Une possibilité d'imposition "groupée" : création « d'un groupe vertical » ou « horizontal ». En principe, chaque société paye l'IS sur ses propres bénéfices. Cependant, si votre société est française, vous pouvez opter pour le "régime de groupe" (régime d’intégration fiscale dite « verticale »). À compter des exercices clos au 31 décembre 2014, il est également possible de former, sur option, une intégration fiscale dite « horizontale » (article 223 A III du CGI). Impôt sur les sociétés. TVA. Part de la TVA dans les recettes fiscale de l'ETAT. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un impôt sur la consommation. La quasi totalité des produits que nous achetons est soumis à la TVA. Le paiement est assez indolore car à la caisse du supermarché, on a pas vraiment l’impression de régler ses impôts.

Toutefois les taux d’imposition sont loin d’être anecdotiques (20 % pour le taux normal, 10 % pour le taux intermédiaire et 5,5 % pour le taux réduit qui concerne principalement les produits alimentaires). Cette taxe s’applique uniquement sur le consommateur final, les entreprises se font rembourser la TVA payée sur leurs achats.

Les consommateurs s’acquittent donc seuls de cet impôt sur la nourriture, sur l’habillement, sur l’énergie, sur l’ameublement... La TVA a du rapporter environ 140 milliards d’euros en 2014 soit près du double de ce qu’à pu rapporter l’impôt sur le revenu. Toutefois la TVA est plutôt indolore pour les citoyens, on a pas vraiment l’impression de payer ses impôts en passant à la caisse du supermarché ! Comment appliquer les différents taux de TVA ? Le taux de TVA en 2015 - Fiche pratique.

Augmentation de la TVA en 2015Les taux de référence appliqués sont différents selon les produits ou services concernés : 20%, 10%, 5,5%, 2,1%. Les différents taux de TVA en 2015TVA à 20%Le taux de TVA par défaut en 2015 est de 20%. Calcul de la TVA : Comment calculer la TVA, Exemple de calcul de TVA. Formules de calcul pour obtenir vos prix TTC, prix HT et moyen de trouver le montant de la TVA. Droit fiscal : veille règlementaire en matière fiscale. TVA. TVA : les régimes d'imposition.