background preloader

Octobre 2016

Facebook Twitter

Quel est ce CETA qui ne passe pas. D'abord sur de bons rails, puis stoppé en plein élan par un veto du gouvernement wallon, puis finalement signé dimanche 30 octobre par l'Union Européenne et le Canada, l'accord de commerce et d'investissement avec le Canada, intitulé CETA, a fait l'objet d'un improprable feuilleton.

Quel est ce CETA qui ne passe pas

Désormais signé par l'UE et le Canada, l'accord doit encore être ratifié par les parlements du Canada et des 28 Etats membres de l'UE. Un processus très incertain, car les oppositions à ce traité de libre échange sont nombreuses, dans un contexte de forte mobilisation citoyenne. Décryptage d'un accord d'abord bien discret, mais aujourd'hui en pleine lumière. Moins connu que le TTIP (le traité de libre-échange transatlantique ou TAFTA en anglais), le CETA négocié en toute discrétion par l'Union européenne et le Canada entre 2009 et 2014 contient pourtant plusieurs ingrédients similaires. Faut-il mettre en place un revenu de base. En cet automne, la question d’un revenu de base (ou d’existence ou encore universel selon les préférences sémantiques) est au cœur du débat public.

Faut-il mettre en place un revenu de base

Le député socialiste des Yvelines Benoît Hamon en a fait la mesure phare de sa candidature à la primaire socialiste, tandis qu’en face Nathalie Kosciusko-Morizet a choisi d’en faire elle aussi un marqueur dans la primaire de la droite. Les sénateurs de droite Jean-Marie Vanlerenberghe (UDI) et de gauche Daniel Percheron (socialiste) viennent de leur côté de présenter un rapport sur le sujet.

Plus concrètement encore, le département de la Gironde veut l’expérimenter en 2018, tandis que le Premier ministre Manuel Valls s’est lui aussi emparé de l’idée en septembre, suite à un rapport remis par Christophe Sirugue au printemps dernier. Et on ne compte plus les débats et écrits sur ce sujet tant dans la sphère citoyenne que chez les universitaires, comme par exemple la journée de travail que l’OFCE y a consacré le 13 octobre.

APB : révélation du code source qui affecte les bacheliers à l’université. Près de six mois après l’avoir demandé, l’association Droits des lycéens a obtenu du ministère le code source de l’algorithme utilisé par Admission post bac pour affecter les étudiants dans les filières à capacités d’accueil limitées.

APB : révélation du code source qui affecte les bacheliers à l’université

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Séverin Graveleau « Comme quoi, ce n’était pas si compliqué… », sourit Clément Baillon, le président de l’association Droits des lycéens. Le schéma qui va (enfin) mettre tout le monde d’accord sur les 35 heures. Datagueule : des chiffres contre les idées reçues sur les migrants.