background preloader

Interviews et hommages

Facebook Twitter

43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Entretien avec Jirô Taniguchi, « l'homme qui rêve » En amont de la venue de Jirô Taniguchi à Angoulême, nous vous proposons d’en savoir plus sur l’auteur de L'homme qui marche et Quartier lointain, à travers cette interview inédite. Qu’avez-vous ressenti lorsque le Festival d’Angoulême vous a proposé de vous consacrer une exposition rétrospective ? Jirô Taniguchi : On m’a déjà consacré, ici et là, quelques expositions, mais c’était à chaque fois centré sur telle ou telle partie de mon travail, jamais sur l’ensemble. La proposition du Festival d’Angoulême, parce qu’elle est globale, m’a évidemment semblé très attrayante. La seule chose qui m’a un peu fait réfléchir a été de savoir si cela allait me demander un investissement personnel important – ce qui pouvait être une gêne car j’avais un agenda professionnel chargé en 2014.

Mais on m’a assuré qu’ « il me suffirait de dire oui ou non » à ce qu’on me proposerait… alors mes réserves ont été dissipées, et j’ai accepté avec joie. Votre première visite à Angoulême remonte au Festival 1991. Tu mourras moins bête : après le blog et l'album, la série animée ! Quel était l'objectif quand vous avez lancé le blog Tu mourras moins bête ? Marion Montaigne : Ce que je ne voulais surtout pas faire, c'était raconter ma vie.

À l'époque, les blogs, c'était surtout ça. Je voulais raconter des histoires, me faire plaisir, me marrer... Et puis aussi faire des tests, tâtonner. Au début, je n'osais pas le montrer, ça restait dans mes cahiers. Le blog est ensuite devenu un album. M.M : Je voulais publier le blog en album, mais pas sous n'importe quelles conditions. Le prix du public Cultura à Angoulême 2012, c'était une surprise ? M.M : J'avais été nominée deux fois, mais quand j'ai su que j'avais le prix, j'étais super contente. . « Pour la série animée, toute une équipe a dû apprendre à dessiner aussi mal que moi » Après le blog et l'album, Tu mourras moins bête va maintenant devenir une série animée sur Arte. M.M : C'est le producteur de l'émission Personne ne bouge (déjà sur Arte, et pour laquelle elle fait également des strips) qui me l'a proposé.

43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - « Ce festival, c'est tellement différent de ce que je ressens dans ma vie de tous les jours... » Interview d’Asaf Hanuka. À Angoulême, Asaf Hanuka enchaîne les interviews, tout surpris d'être si demandé. « Normalement, je passe 9h par jour seul à dessiner. Là, je ne comprends pas pourquoi tout le monde veut me parler ! » Pour ce tranquille père de famille, c'est nouveau. Mais c'est ce qui arrive quand un album est choisi pour la sélection officielle. Des illustrations pour les journaux israéliens Pourtant, ce projet n'était, à la base, pas du tout pensé pour un public français, mais plutôt pour ses compatriotes israéliens. « Je fais une planche à chaque fois. Parfois c'est une BD complète, parfois c'est un grand dessin. Dès le début, c'était autobiographique. . « C'est quelque chose de très israélien de faire semblant d'avoir une vie normale » Vie quotidienne contre actualités grinçantes Ses dessins sont dans un style très réaliste, mais font souvent appel à des codes issus du surréalisme, des rêves ou des cauchemars.

. « Angoulême, c'est ma famille » 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Interview de Boris Hurtel pour la revue Dérive Urbaine. Dans la Revue Dérive Urbaine, publié par l'association Une Autre Image, 13 auteurs de bandes dessinées fouillent la réalité sous-jacente de la ville imaginaire de Capitalia inspiré d'un Paris déformé. Une seule contrainte pour les auteurs : construire une BD à partir des fiches des personnages distribuées de façon qu'au final le personnage d'une histoire se retrouve au moins dans une autre. Le but final, c'est celui de mettre en évidence une certaine réalité sociale et politique.

Boris Hurtel nous en raconte plus autour de la genèse et l'esprit de cette revue, Prix de la Bande Dessinée Alternative 2015. Le fanzine est un recueil d'histoires de bandes dessinées qui poursuivent l'exploration de la ville de Capitalia. D'où vient cette ville imaginaire, vrai protagoniste de Dérive Urbaine ? Ce 6ème numéro représente-t-il un tournant dans le développement du fanzine ? Le 6ème numéro n'a fait que prolonger le tournant pris dans le 5ème en mettant l'accent sur les habitants de la ville. 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Interview de Florent Chavouet, lauréat Fauve Polar SNCF 2015.

Après deux carnets de voyages très personnels sur le Japon, Tokyo Sanpo et Manabé Shima Florent Chavouet reste au Japon, mais s’attaque cette fois-ci au genre polar avec une enquête atypique autour de la figure du yakuza. Petites Coupures à Shioguni joue avec la forme et les points de vue, insérant notes, objets, photos, commentaires au milieu de l’album ; dans une enquête à plusieurs niveaux de lecture. La parole est à Florent Chavouet.

La forme (un mélange de carnet et récit) alliée avec le style (très gros plans, renversements de la perspective linéaire) permettent de jouer sur différents niveaux de narrations et de construire l’enquête de façon atypique. Comment avez-vous conçu cette structure narrative ? Un autre élément important est l’aspect burlesque des personnages, accentué par l’effet caricatural du dessin que l’on trouvait déjà dans les livres précédents. Est-ce une tendance naturelle ? Florent Chavouet : Oui je pense. Florent Chavouet : Retour en France! Une question ? 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - Simon Hureau, Jeune Talent, et Lauréat du Fauve Polar 2012. Cette nomination au concours Jeunes Talents a-t-elle été le point de départ de ta carrière ?

Cette première reconnaissance par tes pairs a-t-elle ouverte des portes ? Simon Hureau : Pas spécialement. Mes nombreuses participations aux concours dont celui d’Angoulême ne sont qu’une petite part du processus qui, partant de rien, aboutit à des albums en librairie. Etre sélectionné ou gagner un concours offre à chaque fois un petit regain de confiance en soi, mais je n’ai jamais connu d’effet propulsif pour autant.En ce qui me concerne, tout a été infiniment progressif, sans jamais brûler d’étapes (et en fait, j’aime autant ça) ; j’ai commencé par la microédition, le fanzine, les démarches en librairie, les premiers salons (sans être invité), les collectifs, les concours… Tout en postant des projets aux éditeurs : c’est ainsi que j’ai commencé une belle collection de lettres-types qui continue encore de s’enrichir ! Connais-tu d’autres auteurs de BD qui sont passés par ce concours ? S. 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents (de la BD scolaire) ont publié - Jean Bastide revisite Notre Dame de Paris.

Jean Bastide, lauréat ‘A l’Ecole de la BD’ revisite Notre Dame de Paris ! Le tome 1 de Notre Dame © Jean Bastide et Robin Recht Tu as une longue histoire avec le Concours de la BD Scolaire (lire ses planches lauréates ici), je crois… Peux-tu revenir sur le concours et ces années de persévérance ? Ce prix t’a-t-il ouvert des portes ? Jean Bastide : Oh oui ! J’y ai participé 4 fois ! Je me souviens avoir, à chaque participation, essayé de comprendre ce qu’il m’avait manqué pour m’améliorer et présenter des planches toujours plus abouties. Alors que tu n’avais pas encore apposé ta signature sur un album, tu t’es retrouvé aux côtés de l’un des plus grands, Bernard Yslaire, sur une série mythique : Sambre (La Guerre des Sambre, Ed. Tu es en ce moment sous les feux de l’actualité avec l’album Notre Dame (éd. Que penses-tu de la création numérique, qui s’affranchit des poncifs planches / cases / gouttières, pour utiliser de nouvelles interfaces… ?

43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - Ulysse Malassagne à l’occasion de la double sortie de ses premiers albums. Lauréat du concours Jeunes Talents en 2008 avec “The Last Wind”, Ulysse Malassagne se tourne vers la bande dessinée et le cinéma d’animation en intégrant l’école des Gobelins. En 2013 il a sorti le premier volume de la série Kairos chez Ankama Éditions dont vous pouvez découvrir un aperçu ci-dessous à travers le trailer conçu par l’équipe du jeune studio la Cachette dont Ulysse fait partie, et Jade aux éditions Glénat. Un double événement qui méritait bien une interview, pour en savoir un peu plus sur le parcours, les envies et les projets de ce Jeune Talent.

Lauréat au concours Jeunes Talents, diplômé de l’école des Gobelins et auteur de bande dessinée, quels ont été les bénéfices du concours à ce moment-là pour toi ? Ulysse Malassagne : Les bénéfices ne se sont pas fait immédiatement sentir. Peux-tu nous en dire un peu plus autour de la double sortie de tes premiers albums, Kairos et Jade ? U. Que penses-tu de la bande dessinée numérique ?

43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - « La Tendresse des pierres » par Marion Fayolle. Diplômée de la prestigieuse École des arts décoratifs de Strasbourg, trois fois lauréate du Concours Jeunes Talents d’Angoulême, cofondatrice de la revue Nyctalope avec Matthias Malingrey et Simon Roussin, Marion Fayolle a plusieurs cordes à son arc.

Auteur de Nappe comme neige aux éditions Notari, de Le Tableau aux éditions Magnani et de L’homme en pièces aux éditions Michel Lagarde, elle réalise également des illustrations pour l’édition jeunesse et la presse : revue XXI, New York Times, Psychologies Magazines, Muze, Paris mômes, etc… Trois fois sélectionnée au concours Jeunes Talents, ce n’est pas rien, cette expérience t’a-t-elle aidé pour la suite de ta carrière ? Marion Fayolle : Être sélectionnée plusieurs fois m’a permis de rencontrer Michel Lagarde, mon agent.

Puis, c’est flatteur et ça donne un peu plus confiance en ce qu’on fait. Qu’est-ce qui t’a poussé à participer à ce concours ? La nouvelle édition du concours a été lancée il y a un peu plus de deux semaines. 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - Simon Roussin autour de son 5e album Heartbreak Valley. Il compte parmi ses ouvrages Robin Hood, aux éditions L’employé du Moi (2010), Lemon Jefferson et la grande aventure, sélection officielle du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême 2012, aux éditions 2024 (2011), Les Aventuriers aux éditions Magnani (2012) et Le bandit au colt d’or aux éditions Magnani (2013). Simon Roussin nous a accordé une interview autour de son 5e album intitulé Heartbreak Valley, paru en 2013 aux éditions 2024.

Il livre un ouvrage dans la lignée des précédents, en termes d’exigence graphique comme esthétique. Cependant, il crée une rupture en délaissant momentanément la couleur pour de grands noirs & blancs mêlant fond et forme dans une obscure histoire. Tu collabores avec deux autres Jeunes Talents au sein de la revue Nyctalope que vous avez cofondée en 2009, comment est née cette aventure ?

Une figure principale, assez récurrente dans tes œuvres est celle du héros. 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié – interview de Jérémie Moreau pour Max Winson. Jérémie Moreau, Jeune Talent, auteur de "Max Winson" et "Le Singe de Hartlepool". Avec un premier volume en janvier qui va se compléter d’un second en fin d’année, cette histoire nous entraine sur les traces d’un joueur de tennis invaincu qui va petit à petit apprendre à perdre.

Un album atypique, deuxième réalisation de ce Jeune Talent après le Singe de Hartlepool, c’était l’occasion d’en savoir un peu plus sur son parcours de jeune auteur. Lauréat du concours de la BD Scolaire 2005 et plusieurs fois sélectionné avant de remporter le concours Jeunes Talents en 2012, peux tu nous raconter ce « parcours » ? Qu’en retires-tu aujourd’hui ? Jérémie Moreau : Tout commence à l’âge de 8 ans, quand mon frère fait le concours de la bande dessinée scolaire d’Angoulême. Je me mets à y participer frénétiquement, tous les ans. Aussi, les concours permettent d'aller au bout de quelque chose et de ne pas se complaire dans du dessin mécanique.

Jérémie Moreau : Peut-être de ne pas se précipiter. 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié – interview de Miroslav Sekulic-Struja pour "Pelote dans la fumée" "Pelote dans la fumée" © Miroslav Sekulic / Actes Sud BD Pelote dans la fumée raconte une histoire à la fois dure et tendre : où se trouvent ses racines, et pourquoi avoir employé cette technique picturale ? Au début j'ai eu plusieurs d'idées pour cette bande dessinée, mais j’ai finalement gardé celle qui m’est venue le plus naturellement.

Dans tout ce que je fais je cherche l'inspiration dans le monde réel, dans mes expériences, dans mes souvenirs et dans tout ce que m'entoure, même dans mes rêves. J'aime bien mélanger les éléments réels avec les éléments fantastiques, ça me donne toujours l'occasion d’adoucir le visage laid de la réalité qui nous entoure parfois. Je n'ai jamais eu intention de raconter une histoire à 100% réelle. Concernant la technique, je travaille à la gouache mais n'ai jamais eu pour autant l’ambition de perfectionner une technique en particulier : je préfère expérimenter.

Comment avez-vous réalisé cet album ? Quelle place occupe la bande dessinée en Croatie ? 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - Victor Hussenot nous plonge Au pays des lignes. Victor Hussenot, deux fois Jeune Talent, publie son troisième album "Au pays des lignes" (éditions La joie de lire) © Victor Hussenot Un enfant bleu et une fillette rouge, perdus au beau milieu d’un pays de lignes bleues et rouges, où surgissent de temps en temps des éléments étranges et jaunes.

Victor Hussenot vient de publier une perle, une bande dessinée muette à destination de la jeunesse. Album où deux personnages se débattent dans une ambiance onirique parfois hostile et démesurée, dans un labyrinthe de lignes qui évoquent un décor de jeu vidéo, avant de retrouver leurs foyers. Et cela ne nous ne surprend pas qu'il soit déjà sur son prochain album, pour la maison d'édition anglaise Nobrow. 1/ Pouvez-vous nous présenter avec vos mots, en noir ou en couleurs, ce livre Au pays des lignes ? Victor Hussenot : Au pays des lignes c'est une petite histoire, une rencontre entre deux enfants, une fille rouge et un garçon bleu. 2/ Vous utilisez la couleur comme un élément narratif. 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié – Jean-Benoît Meybeck signe C.R.A. Ancien Jeune Talent, Jean-Benoît Meybeck se lance dans l'univers de la Bande Dessinée du réel avec une première œuvre qui est un fragment de réalité : le quotidien des migrants et des associations qui luttent pour ouvrir les Centres de Rétention Administrative (C.R.A.).

Comment faire connaître aux citoyens européens ces histoires incroyables ? Voici la réponse, à travers l’interview de l’auteur de ce livre. © J.B Meybeck, Des Ronds Dans L'O Il y a 2 ans, en 2012, vous avez été sélectionné au Concours Jeunes Talents. Jean-Benoît Meybeck : Ça a été un grand plaisir de participer à ce concours, et surtout d'y être sélectionné. En 2011 j'ai décidé de passer à "la vitesse supérieure" en participant au concours "Jeunes talents" (c'était ma première participation à celui-ci, mais j'avais déjà participé aux concours BD scolaires, plus jeune).

Quels conseils donner aux participants au concours ? L'année où j'ai été sélectionné, j'avais présenté une BD sous forme d'un jeu de Scrabble. J.B. J.B. 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - Guillaume Chauchat à propos de son album « Il se passe des choses » En 2010 il a remporté le prix Jeunes Talents d’Angoulême avec Le bleu du mystérieux étui à guitare, on le retrouve aujourd’hui avec la publication toute récente de sa bande dessinée Il se passe des choses. Pendant ces trois ans, Guillaume Chauchat a fondé avec Léon Maret le fanzine Belles Illustrations, a réalisé des illustrations pour Le Monde et La Revue XXI, il a créé des figures en fil de fer et des animations comiques sur son tumblr Une Deux, avec un point qui caractérise son travail : une ligne élégante et une dose immanquable d’humour.

On vous laisse avec Guillaume Chauchat et ses secrets d’auteur ! Quel est ton souvenir de l’annonce du Prix Jeunes Talents et qu’est-ce qu’il a représenté pour toi ? Aurais-tu des conseils à donner à ceux qui voudraient se lancer ? Guillaume Chauchat : C'est un souvenir très agréable. Les marques d’approbation et d'encouragement ne font jamais de mal. Enfin, la traditionnelle question, quels sont tes prochains projets après ce livre ? 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - « Que la bête fleurisse » Par Donatien Mary. 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - Interview de Pauline Aubry. 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié – Interview d’Anne Montel pour Le Temps des Mitaines.

43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents (de la BD scolaire) ont publié - Sylvain Lepithec pour « Peter & Sally » 43e Festival de la Bande Dessinée d'Angoulême – Du 28 au 31 janvier 2016 - Les Jeunes Talents ont publié - « ROYAUMES » par Hugo Ruyant. Disparition de François Defaye. Fred nous a quitté. L’adieu à Didier Comès. Vivès, Ruppert & Mulot ou la tentation du monôme. Trois questions sur Pablo, de Julie Birmant et Clément Oubrerie. Trois questions à… Charlie Adlard. Trois questions à Siuhak, auteur dessinateur hongkongais. Un message d'Uderzo. Leiji Matsumoto en v.o.