background preloader

BD

Facebook Twitter

Les bandes dessinées adaptées au cinéma. Mais c'est son concurrent, Marvel Comics, qui dès 2000 avec X-Men et 2002 avec Spider-Man a fortement accéléré l'engouement du public pour les super-héros.

Les bandes dessinées adaptées au cinéma

De (trop ?) Nombreuses séries de leur catalogue ont ainsi déjà été adaptées avec plus ou moins de réussite. Il est intéressant de noter que Marvel a initié un concept qu'il utilisait dans leurs éditions papier : raconter d'abord les aventures de différents super-héros dans des films distincts, pour au final les réunir dans un film collectif. Ainsi Iron-Man (2008), l'Incroyable Hulk (2008), Thor (2011) et Captain America, the first Avenger (2011) préparaient le terrain pour Avengers (2012).

Traduire les classiques ? Ce sont les œuvres d’allure les plus « littéraires » qui nous intéresseront ici, à cause des difficultés considérables qu’elles suscitent, difficultés qui sont accrues plutôt qu’atténuées du fait que des œuvres complexes sur le plan textuel se présentent sous la forme de bandes dessinées.

traduire les classiques ?

Comme nous sommes spécialisés dans les littératures dessinées anglophones, nous nous appuierons sur l’exemple de deux strips fameux, Pogo, de Walt Kelly, traduit aux éditions Akileos par Philippe Touboule, en 2014, et Barnaby, de Crockett Johnson, traduit par nos soins pour les éditions Actes Sud-L’An 2, et qui est à paraître en octobre 2015. Mais nous ferons aussi quelques allusions à divers autres strips humoristiques, par exemple Nancy (Arthur et Zoé) d’Ernie Bushmiller, traduit par nos soins, toujours pour Actes Sud-L’An 2. Traduire chris ware. Deux modes de pensée L’ellipse versus… L’anglais a la particularité d’être une langue elliptique, plus ramassée mais aussi moins explicite que la nôtre.

traduire chris ware

Questions au traducteur de "watchmen" Jean-Patrick Manchette, vos polars sont célèbres et l’on connaît vos liens avec la bande dessinée à travers Griffu et le défunt magazine BD.

questions au traducteur de "watchmen"

Quelle est votre expérience de traducteur ? Couverture du premier volume de l’édition Zenda, 1987, traduite par Jean-Patrick Manchette. J’ai vécu de la traduction, à raison d’un roman par mois, pendant plusieurs années, avant d’écrire mes propres livres. Mais je n’avais encore jamais traduit de bande dessinée. C’est un exercice délicat, car il faut veiller à ne pas rallonger les phrases (l’anglais étant, comme l’on sait, une langue plus concise que la nôtre) de façon à ce qu’elles ne débordent pas des bulles.

Traduire la bande dessinée. L’empire des séries. Extrait des Aventures de Corto Maltèse, Fable de Venise © Éditions Casterman Il existe dans la Cité des Doges, au fond de certaines cours, quelques portes dérobées.

l’empire des séries

À la dernière planche de Fable de Venise, on peut voir Corto Maltese frapper à l’une d’entre elles. Il se déclare prêt à quitter cette histoire et demande au portier « à entrer dans une autre histoire, dans un autre endroit ». Ce que cette image exemplifie n’est rien d’autre que le destin ordinaire des héros de bande dessinée : sitôt qu’ils se tirent à leur avantage d’une aventure qui leur a coûté beaucoup de sueur, quelque fois même du sang et des larmes, ils se remettent en quête de nouveaux exploits. Hors les planches, sur les planches. Pour le premier, il était question de participer en tant que dessinateur live au spectacle Chantier Musil de François Verret, associant acrobatie, musique en direct, texte et Cinémécanique, dispositif qui nous intéresse ici.

hors les planches, sur les planches

Le second, dont le travail sur le corps et la matière pour son livre Gloria Lopez [1] avait séduit la chorégraphe Karine Ponties, était invité à participer à la création de Brutalis. Ces premières collaborations ont chacune donné lieu à une déclinaison en livre, Chantier Musil (Coulisse) [2] de Vincent Fortemps et Brutalis [3] de Thierry Van Hasselt, deux recueils de dessins mis en séquences et publiés sur un modèle éditorial commun. Superman – the movie : l’évangile selon richard. À la différence d’autres adaptations filmées de comics (Batman, Spiderman, Hulk), gagnant en recettes ou considération d’un épisode à l’autre, le plus emblématique personnage de DC Comics semble aujourd’hui encore indissociable à l’écran de l’incarnation qu’en livra Christopher Reeve, captée dès 1978 par un cinéaste imposant une lecture déterminante de la bande dessinée créée par Joe Shuster et Jerry Siegel.

superman – the movie : l’évangile selon richard

Droits réservés « Vous croirez qu’un homme peut voler » promettent dès 1977 les affiches vantant la pré-production de Superman – The Movie... Près de quarante ans après le lancement d’Action Comics, Alexander et Ilya Salkind, nouveaux acquéreurs des droits d’adaptation sur pellicule, ont convaincu la Warner d’entreprendre le premier long-métrage à la mesure de « l’homme de demain ». Soit l’invention du blockbuster super-héroïque, qui renverrait aux confins de la zone fantôme le serial Superman and the Mole Men exploité sur grand écran en 1951 [1]. Enki Bilal et Joann Sfar : bande de ciné - 18 septembre 2013. Joann Sfar (à Bilal) :  Je trouve quand même très symptomatique qu’après 15 ans de Festival de la BD à  Angoulème où on ne s’est jamais parlé, il faut que l’on aille à  Gérardmer pour devenir copains !

Enki Bilal et Joann Sfar : bande de ciné - 18 septembre 2013

Enki, vous avez réalisé votre premier film, « Bunker Palace Hotel », en 1989. Ce n’était pas votre premier contact avec le cinéma ? Enki Bilal - J’avais travaillé auparavant avec Alain Resnais : j’avais dessiné l’affiche de « Mon oncle d’Amérique » et conçu les peintures sur verre du décor de « la Vie est un roman ». Et aussi avec Michael Mann sur « la Forteresse noire ». J. Comics et cinéma : le jeu de l'amour et du hasard ? Puis-je emprunter votre personnage ?

comics et cinéma : le jeu de l'amour et du hasard ?

Dans la première moitié du vingtième siècle, les loisirs (et l’on est alors loin de percevoir certains d’entre eux comme des arts à part entière) se développent de façon spectaculaire. La lecture de livres et l’écoute de la radio précédent de peu l’industrialisation du cinéma et de la bande dessinée. Tous ces moyens d’expression ont - entre autres points communs – la capacité de proposer des feuilletons (dans le cas du cinéma ce format passera par les serials) que le lecteur-spectateur va suivre à chaque nouvelle livraison. Mais dans ce contexte, le cinéma et la bande dessinée partent avec un train de retard. Même si le sujet de certains romans heurte à l’occasion certains milieux conservateurs, la littérature est globalement admise depuis longtemps.

Gilles Ciment : cinéma et bande dessinée. Alain Boillat (dir.), les Cases à l’écran. Bande dessinée et cinéma en dialogue. 1Dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne) – qui a par ailleurs signé une belle étude sur O’Galop dans le numéro 59 de 1895 – ce volume entend interroger le dialogue de la bande dessinée et du cinéma en échappant à la simple logique de l’emprunt ou de l’influence, pour prendre en charge l’idée d’une naissance commune des deux médias, tant du point de vue de leur contexte socio-culturel d’émergence que du point de vue des dispositifs narratifs, cognitifs ou théoriques qu’ils mobilisent.

Alain Boillat (dir.), les Cases à l’écran. Bande dessinée et cinéma en dialogue

L’intention d’ensemble est exposée par Boillat, qui fournit à lui seul près du quart du volume en signant, outre l’introduction et l’entretien final avec Thierry Smolderen, un long article inaugural intitulé « Prolégomènes à une réflexion sur les formes et les enjeux d’un dialogue intermédial. Essai sur quelques rencontres entre la bande dessinée et le cinéma ». 6L’article de François Albera (« Le cinémascope par la bande. Einmann helena. Download.php?file=/19198_92E8165B69A2030A12FC5DC416167AE9__CML_CML2011_167_S0336150011011045a.

Quand la bande dessinée devient dessin animé : « Persepolis » L’adaptation filmique d’une bande dessinée redéfinit l’œuvre initiale qui se métamorphose et se place en perspective pour parler à un spectateur et non plus à un lecteur. L’étude comparée d’une séquence de la bande dessinée Persepolis de Marjane Satrapi – adaptée en 2006 au cinéma par son auteur lui-même et Vincent Paronnaud (prix du Jury à Cannes) – montre comment l’expérience technique et médiologique du film transforme la puissance créatrice de la bande dessinée. La bande dessinée comme le film sont de véritables embrayeurs d’imaginaires mais leur structure de communication convoque différemment le spectaculaire et le spectateur-acteur. Bande dessinée et cinéma. 2010 07 07 0505330. Mythe et bande dessinée - Viviane Alary, Danielle Corrado. Scénario de bande dessinée. La Différence par le … – Études littéraires – Érudit.

Littérature et bande dessinée. Enjeux et limites. 1La bande dessinée littéraire est à la mode. Au-delà des collections de bande dessinée consacrée à l’adaptation de textes littéraires, un phénomène qui touche aujourd’hui les éditeurs spécialisés comme les généralistes1, au-delà aussi des discussions – terminologiques et autres – lancées par l’importation du label « graphic novel/roman graphique2 », la rencontre des domaines longtemps séparés de la littérature et de la bande dessinée s’est imposée comme une évidence. Non seulement au niveau de la production, où les adaptations sont un exercice populaire depuis plusieurs décennies, mais aussi et surtout au niveau de la manière dont l’organisation du champ littéraire prend depuis peu en compte le décloisonnement de la littérature et de la bande dessinée. Des prix littéraires s’ouvrent au roman graphique (Art Spiegelman et Chris Ware ont ainsi obtenu des récompenses traditionnellement fermées à la littérature visuelle). 12L’analyse de l’approche « positive » confirme ce paradoxe.

Bande dessinée et cinéma. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les industries de la bande dessinée et du cinéma sont nées en même temps et ont beaucoup de traits communs (la séquence, la narration, les plans). Des passerelles ont naturellement relié ces deux médiums. Les bandes dessinées adaptées au cinéma. Bibliothèque de l'enssib catalog › Details for: Bande dessinée et adaptation. Bibliothèque de l'enssib catalog › Details for: L'album, le parti pris des images.