Hollande et le numérique

Facebook Twitter
«Nous allons créer un lieu étendard du numérique» «Nous allons créer un lieu étendard du numérique» La ministre de l’Economie numérique, Fleur Pellerin, revient sur les annonces du gouvernement la semaine dernière en faveur du numérique, dont 20 milliards d’euros de fonds pour le très haut débit. Il y a urgence alors que la France accuse un retard par rapport aux économies développées. Le numérique n’y contribue qu’à hauteur de 0,21% de la croissance de la richesse nationale, contre 0,33% au Royaume-Uni et 0,5% aux Etats-Unis. Comment comptez-vous doper le numérique ? Donnez-nous un exemple… Nous allons créer à Paris ou en proche banlieue un lieu qui sera l’étendard du numérique de la France.

Numérique: le changement, c'est quand?

A l’arrivée du nouveau gouvernement, je me suis dit qu’il fallait leur laisser du temps. Que ça ne servait à rien de partir bille en tête. Et puis, j’y croyais un peu. Numérique: le changement, c'est quand?
Lex Google ?

Google, commerce électronique: le grand retour des taxes Taxe Google, saison II. Sans attendre les conclusions du rapport sur la fiscalité du numérique sue lequel planchent Nicolas Colin et Pierre Collin, quatre députés socialistes de la Commission des finances de l'Assemblée nationale ont déposé des amendements visant le numérique, dans le cadre du projet de loi de finances 2013. Ironie de l'histoire, ces textes reprennent quasiment au mot près les différentes propositions faites ces deux dernières années par le sénateur UMP Philippe Marini, que la gauche avait pourtant combattues. Google, commerce électronique: le grand retour des taxes
Open Data

Plan Numérique

Neutralité du Net

Hadopi

CNNum

Pour l’UMP, « Sarkozy n’aurait pas laissé la France isolée » au

CETA : les gouvernements doivent protéger nos libertés ! CETA : les gouvernements doivent protéger nos libertés ! Paris, le 12 octobre 2012 – La Quadrature du Net publie une lettre envoyée aux membres du gouvernement en charge des négociations de CETA, l'accord commercial Canada - UE, les invitant à agir pour protéger nos libertés, conformément aux engagements pris dans le passé. Lettres envoyées aux Ministres Alors que la Commission européenne vient de confirmer la présence de sanctions pénales ACTA-esques dans la version actuelle de CETA, et à l'approche du prochain round de négociations1, La Quadrature du Net exhorte les ministres du gouvernement français en charge de ces questions à débarrasser CETA de ses dispositions répressives. L'organisation citoyenne invite les citoyens européens à contacter eux aussi leurs gouvernements2.
[ Mise à jour le 19 septembre : cet article a été rédigé le 18 septembre sur la foi d'informations rapportées dans une dépêche d'agence relatant le déplacement de Manuel Valls à Nîmes. Selon le cabinet du ministère de l'intérieur, la pénalisation de la consultation de sites terroristes ne figure en réalité pas dans le projet de loi antiterroriste. Le texte contient cependant un volet réprimant les voyages à l'étranger à des fins d'endoctrinement ou d'entraînement au terrorisme. ] C'est, quasiment mot pour mot, la proposition qu'avait faite Nicolas Sarkozy le 22 mars, quelques heures à peine après la mort de Mohamed Merah, lors de l'assaut du Raid : créer un nouveau délit réprimant la consultation "habituelle, et sans aucun motif légitime, des sites Internet qui provoquent au terrorisme ou qui en font l'apologie lorsqu'ils diffusent à cette fin des images d'actes de terrorismes d'atteinte à la vie" . Consultation de sites terroristes : Manuel Valls s'inspire directement de Sarkozy Consultation de sites terroristes : Manuel Valls s'inspire directement de Sarkozy
Écartée du projet de loi de lutte contre le terrorisme par les services du ministère de l'intérieur, la pénalisation de la consultation de sites web à visée terroriste fait son retour par le biais d'un amendement déposé par le sénateur UMP Jean-Jacques Hyest. Repérée par Alexandre Archambault sur Twitter, la rectification proposée par le parlementaire est accompagnée d'autres propositions pour renforcer la lutte antiterroriste. Le délit de consultation régulière de sites terroristes fait son retour Sans surprise, l'amendement déposé par Jean-Jacques Hyest reprend la même échelle de sanctions que celle inscrite dans le projet de loi présenté en avril dernier par le ministre de la justice de l'époque, Michel Mercier. Il punit la consultation "habituelle" tout site web à 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende le fait de mettre à disposition des contenus faisant l'apologie d'actes de terrorisme ou incitant à en commettre. Le délit de visite régulière de sites terroristes réintroduit via un amendement Le délit de visite régulière de sites terroristes réintroduit via un amendement

C'est officiel : Matignon associe Hadopi, CSA et Arcep pour réguler le net !

On ne pensait pas que la confirmation viendrait si tôt. Et pourtant. Ce midi, nous expliquions que la mission confiée à Pierre Lescure pour dessiner l'avenir de l'Hadopi ressemblait fort à un cheval de Troie pour donner au CSA des missions de régulation du net, et ainsi concrétiser notre analyse de l'an dernier sur la bataille Hadopi/CSA. Or voilà que quelques heures plus tard seulement, le Gouvernement publie un communiqué qui confirme, sinon l'intention finale, au moins l'existence d'un risque manifeste. En effet, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a demandé mardi à la ministre de l'économie numérique Fleur Pellerin de "lui faire des propositions de rapprochement entre le CSA et l’Arcep", et de coordonner sa mission "avec celle conduite par Pierre Lescure sur l’acte II de l’exception culturelle". C'est officiel : Matignon associe Hadopi, CSA et Arcep pour réguler le net !
Open Data : 20 questions qui se posent au gouvernement français | ITACTU Un article très intéressant que je découvre ce matin sur LiberTIC concernant l’OpenData et les dernière élection législatives du 17 Juin 2012. Pour la première fois en France des responsables au pouvoir non seulement conscient de l’OpenData mais ayant pratiqué ce concept. L’article en intégralité est assez intéressant à lire et relève des questions très pertinente en relation avec l’OpenData, TIC, OpenGov, Stratégie politique d’ouverture des données. Suite aux élections législatives du 17 juin 2012, le gouvernement possède désormais la majorité parlementaire nécessaire à la mise en œuvre de sa politique, notamment en matière d’ouverture des données publiques. Plusieurs éléments semblent propices au développement d’une politique nationale ambitieuse sur le sujet : Open Data : 20 questions qui se posent au gouvernement français | ITACTU
LE MONDE | • Mis à jour le | Par Sarah Belouezzane et Cécile Ducourtieux La "taxe Google" pourrait bien faire son retour. Jeudi 12 juillet, Fleur Pellerin, la ministre déléguée aux PME et au numérique, Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif, Pierre Moscovici, ministre de l'économie, et Jérôme Cahuzac, ministre délégué chargé du budget, ont lancé une nouvelle mission sur la fiscalité de l'économie numérique. Confiée aux fiscalistes Pierre Collin, conseiller d'Etat, et Nicolas Colin, inspecteur des finances, celle-ci rendra ses conclusions avant fin décembre. Le gouvernement veut faire payer plus d'impôts à Google, Amazon ou Apple Le gouvernement veut faire payer plus d'impôts à Google, Amazon ou Apple
Jean-Marc Ayrault : un Premier ministre concerné par le numérique Jean-Marc Ayrault : un Premier ministre concerné par le numérique A 62 ans, Jean-Marc Ayrault accède à Matignon après une carrière politique teintée de succès. Fidèle de la première heure de François Hollande, et ami proche du président, le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale était déjà pressenti pour le poste depuis plusieurs jours. Son palmarès politique est respectable : maire de Nantes depuis 1989, député de la troisième circonscription de Loire-Atlantique depuis 1988, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale depuis 1997. A l’instar du président François Hollande, il n’a cependant jamais participé à un gouvernement. Nantes, ville du numérique
Une conseillère technique Réseaux Sociaux & Internet pour @jeanmarcayrault Témoignage de l’emprise du net aux plus hautes sphères de l’État. Au Journal officiel du Jour, on apprend que Jean-Marc Ayrault vient de désigner une conseillère technique en Réseaux Sociaux et Internet. C’est Amandine Janiaud-Vergnaud (@mandinette77 sous Twitter) qui accompagnera le premier ministre sur ces terrains numériques. Elle était jusqu’à présent conseillère parlementaire du PS. Rapidement, Nicolas Sarkozy s’était lui aussi doté d’un conseiller Web, en la personne de Nicolas Princen.
Sans grande surprise, Fleur Pellerin vient d’être nommée Ministre déléguée chargée des PME, de l’Innovation et de l’Économie numérique. Diplômée de l’ESSEC, Sciences Po puis l’ENA, elle a effectué la majorité de sa carrière professionnelle à la Cour des Comptes. Elle a participé aux équipes de campagne de Lionel Jospin en 2002, Ségolène Royal et 2007 avant d’être responsable du pôle Société et Économie numériques lors de la campagne de François Hollande. Le 26 avril dernier, Fleur Pellerin était confrontée à Nicolas Princen (UMP) lors du débat en vidéo, organisé par le Collectif du Numérique, animé par Richard Menneveux et diffusé en direct sur FrenchWeb. 2 heures de débat à voir ou revoir pour mieux appréhender la personnalité de Fleur Pellerin et les idées qu’elle porte en matière d’économie numérique. Fleur Pellerin à l’Economie Numérique: les infos à connaître
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Fleur Pellerin est la première personnalité politique d'origine asiatique à être membre d'un gouvernement français[3]. Biographie[modifier | modifier le code] Fleur Pellerin
Language: English Bahasa Indonesia Bahasa Melayu Dansk @aymeril nommé conseiller innovation et économie numérique de Fleur Pellerin
Tout au long de la campagne présidentielle, le numérique s'est fait discret. A l'approche de la nomination du premier gouvernement Hollande, se pose la question de son traitement. Va-t-on vers un secrétariat d'Etat dédié comme au début du mandat de Nicolas Sarkozy ? Un ministère de l'Industrie qui englobe "l'économie numérique" comme avec Eric Besson ? Ou bien le numérique sera-t-il rattaché à un large ministère de la Culture, comme le préconise le ministre sortant Frédéric Mitterrand ? "Le plus important est d'avoir des pôles numériques extrêmement puissants dans les grands ministères, comme l'Economie, l'Industrie, la Recherche, la Santé ou l'Education", plaide Patrick Bertrand, président du Conseil national du numérique, dans "la Tribune". Les chantiers du numérique