background preloader

Anselm Jappe

Facebook Twitter

CRISE DU CAPITALISME ET ÉMANCIPATION SOCIALE - ANSELM JAPPE - Pensée radicale. (Merci Palim Psao ainsi qu'Anselm Jappe pour l'article) Il y a deux nouvelles. La bonne nouvelle est que notre vieil ennemi, le capitalisme, semble se trouver dans une crise gravissime. La mauvaise nouvelle est que pour le moment aucune forme d’émancipation sociale ne semble vraiment à portée de main et que rien ne garantit que la fin possible du capitalisme débouchera sur une société meilleure. C’est comme si l’on constatait que la prison où l’on est renfermé depuis longtemps a pris feu et que la panique se diffusait parmi les gardiens, mais que les portes restaientverrouillées… La crise du capitalisme est devenue indéniable.

Ce que nous voyons aujourd’hui, c’est l’effondrement du système, son autodestruction, son épuisement, son sabordage. Bien sûr, cela ne veut pas dire automatiquement que nous assistons au dernier acte du drame commencé il y a 250 ans. Les mouvements de contestation qui apparaissent en ce moment sur la scène ne sont pas dépourvus d’une certaine ambiguïté. Anselm-Jappe-Pourquoi-critiquer-radicalement-le-travail. Que veut dire : « se libérer du travail » ? « Comment pourrait-on bien vivre sans travail ? » Il faut travailler pour gagner sa vie, à moins d’exploiter les autres. La société elle-même doit travailler pour trouver des ressources. Il semble que tout ce dont nous ayons besoin pour vivre n’existe que par le travail. Une critique du travail en tant que telle apparaît aussi fantaisiste que la critique de la pression atmosphérique ou de la force de gravitation.

Bien évidemment, je vais défendre un autre point de vue ce soir. Le concept de travail est donc quelque chose qui sépare une partie des activités humaines au sein d’un ensemble, en excluant par exemple les jeux, les rituels, les échanges directement sociaux, toute la reproduction privée ou domestique. Il est significatif que le mot « travail », au sens moderne du terme, n’existait ni en grec, ni en latin, ni en d’autres langues. Donc, que doit faire le propriétaire du capital ? Le capital est de l’argent accumulé. Séminaire - Anselm Jappe - Critique du néo-libéralisme ou critique de la société marchande ? « L'anticapitalisme est-il toujours de gauche ? », par Anselm Jappe. Légende : Affiche de propagande éditée par le NSDAP (Parti national-socialiste des ouvriers allemands) en 1932.

Mort aux menteurs : un anticapitalisme bas de plafond qui déjà dénoncait, les menteurs et les corrompus (les hommes politiques de la République de Weimar), la haute finance (Hochfinanz) taxée de « capital rapace » (opposé au bon capital pourvoyeur d'emplois) et le marxisme (science juive pour les nazis). XXe siècle-XXIe siècle, aller-retour : Du nazisme... à la dénonciation contemporaine de l' « oligarchie financière » ou du « capitalisme de casino », boucémissarisation facile qui sert de grande théorie critique à l'actuel petit altercapitalisme de gauche (Palim Psao). L’anticapitalisme est-il toujours de gauche ? Anselm Jappe Depuis la crise de 2008, la critique du « capitalisme » s’est emparée à nouveau des esprits et, parfois, des rues. Le nouvel esprit anticapitaliste Mais que reproche-t-on au capitalisme ?

Un anticapitalisme de droite populiste Vraiment ? Le travail sanctifié. Anselm Jappe, Crédit à mort. La décomposition du capitalisme et ses critiques. 1L'auteur des Aventures de la marchandise, pour une nouvelle critique de la valeur (Denoël, 2003), propose avec l'ouvrage Crédit à Mort (Lignes, 2011) la réédition de onze articles parus entre 2007 et 2010. Le livre se compose de trois parties, la première regroupe quatre articles qui s'attachent à examiner les faux combats et fausses solutions, face à la crise économique du monde actuel, alors que la deuxième partie considère quelques approches critiques jugées plus pertinentes par l'auteur (celles de la revue du M.A.U.S.S., de Jean-Claude Michéa, des partisans de la « décroissance », ou encore les actions de faucheurs d'OGM).

Quant à la dernière partie, intitulée « pars ludens » et composée de deux articles, elle est consacrée au devenir de l'art et de la culture. 2Dans l'avant-propos, Anselm Jappe suggère que la première partie « pars destruens » aurait pu aussi bien s'intituler « Non », la deuxième, « pars costruens » : « Peut-être ». Anselm JAPPE, une analyse pertinente de la crise économique actuelle. Rencontre Grand Angle : Cédric Durand – Anselm Jappe | Grand Angle.

28 novembre 2013 - 15 octobre 2013 - Le débat a fait venir près de soixante personnes. Les présentations des auteurs étaient de grande qualité et l’échange contradictoire qui a suivi a porté sur des éléments d’analyse aussi essentiels qu’ignorés la plupart du temps par les commentateurs les plus autorisés. Ce genre de confrontation est rarissime. Cédric Durand et Anselm Jappe parlent tous deux de « grande fatigue du capitalisme » (C. Durand) ou d’ »épuisement de sa dynamique » (A.

Anselm Jappe considère que les déficits démocratiques dénoncés s’observent précisément déjà à l’échelon national. Grand Angle libertaire vous propose de revisiter cette soirée riche en pistes qui se confrontent et à partir desquelles nous vous invitons à continuer le débat en vous exprimant dans la partie commentaires de cet article ! Cédric Durand est maître de conférences en économie à l’Université Paris 13 et participe à l’animation de la revue Contretemps.

Anselm Jappe enseigne la philosophie en Italie.