background preloader

Léonard de Vinci

Facebook Twitter

Leonard De Vinci - Leonard De Vinci. La Joconde. La Joconde [ image principale ] est le portrait le plus célèbre au monde. L’identité du modèle est régulièrement remise en question, mais on admet généralement qu’il s’agit d’une dame florentine, prénommée Lisa, épouse de Francesco del Giocondo. Le nom Giocondo a été très tôt francisé en Joconde, mais le tableau est aussi connu sous le titre de Portrait de Monna Lisa, monna signifiant dame ou madame en italien ancien. Une longue histoire avec la France C’est probablement entre 1503 et 1506 que Francesco del Giocondo commande le portrait de sa jeune épouse à Léonard qui réside alors à Florence.

Mais il ne l’a certainement jamais eu en sa possession. En effet, Léonard, invité à la cour de François Ier en 1517, l’emporte sans doute avec lui en France où il meurt deux ans plus tard au Clos Lucé, à Amboise. Le tableau est vraisemblablement acheté par François Ier lui-même, qui admire « le sourire quasi divin » de la dame. Une composition claire Une présence « qui crève l’écran » Les yeux de La Joconde : un nouveau mystère élucidé. Des scientifiques ont fait il y a peu de nouvelles découvertes concernant les yeux de la Joconde de Léonard de Vinci.

Ironique, triste, le regard qui suit son spectateur quelque soit l'angle, ce visage interpelle car dans les yeux de Mona Lisa, il y a une illusion d'optique. Reportage : N. Lemargignier / B. Girodon / K. Annette Les yeux de La Joconde, nouvelles découvertes Un sourire emblématique Pour approfondir ces mystères, une université anglaise s'est servie d'un autre portrait attribué au génie. . © France 2 / Culturebox Un regard énigmatique étudié à la loupe Mais qui regarde-t-elle ? Des recherches perpétuelles Aujourd'hui encore les recherches autour du modèle de Mona Lisa se poursuivent. Une star au Louvre grâce à François Ier Avec 20 000 visiteurs qui admirent le tableau du maître italien chaque jour, Mona Lisa c'est la star du Louvre. La Joconde exposée au Louvre. La Sainte Anne, l'ultime chef-d'œuvre de Léonard de Vinci. Remerciements : Cette exposition bénéficie du mécénat exclusif de Salvatore Ferragamo Chef-d’œuvre de Léonard de Vinci restauré avec le concours du Centre de recherche et de restauration des musées de France, la Vierge à l’Enfant avec sainte Anne est au cœur d’une exposition exceptionnelle rassemblant pour la première fois l’ensemble des documents liés à ce panneau.

Le début de la lente et complexe genèse du tableau remonterait à 1501, date de sa première mention dans la correspondance d’Isabelle d’Este. Léonard de Vinci ne cessa ensuite de perfectionner cette composition ambitieuse, qu’il laissa inachevée à sa mort en 1519. Esquisses de composition, dessins préparatoires, études de paysage et le magnifique carton de la National Gallery de Londres – jamais présenté à côté du tableau depuis la mort de Léonard – illustrent, entre autres, cette longue méditation et rendent compte des différentes solutions successivement envisagées par le maître. Commissaire(s) : Léonardo di Ser Piero da Vinci (Léonard de Vinci) Tantôt décrit comme un colosse capable de tordre un fer à cheval dans ses mains, souvent qualifié d'efféminé et rêveur, le jeune adolescent manifestera des dons artistiques très précocement. Il sera admis dans l'atelier du peintre et sculpteur florentin Andrea Verrocchio (1435-1488), à l'âge de quatorze ans, où il côtoiera notamment Sandro Botticelli ou Pérugin.

Les treize années de formation intégreront l'apprentissage des mathématiques, de la perspective, de la géométrie et de toutes les sciences d'observation et d'étude du milieu naturel. L'élève s'initiera également à l'architecture et à la sculpture. La carrière de peintre débutera par des portraits et des tableaux religieux commandés passées par des notables et des monastères de Florence. Les villes de Pise et de Venise, les souverains de Mantoue, la famille d'Este et le roi de France, François Ier, manifesteront leurs souhaits de s'attacher les services du génie.

5e-Léonard de Vinci, un artiste de la Renaissance. Léonard de Vinci, un ingénieur militaire pendant les guerres d'Italie - Cartes historiques - Cartes. Léonard le scientifique - Sciences. Patrick Boucheron Catherine Donné © Radio France Archétype de l'Homme de la Renaissance, curieux des choses de la nature, Léonard de Vinci a accompli une oeuvre magistrale qui témoigne non seulement de son talent d'artiste, mais aussi des préoccupations de cet homme que certains qualifient d' "universel" ! Mondialement connu pour ses peintures, Léonard était aussi ingénieur, dessinateur, scénographe, inventeur de machines...., infatiguable observateur de la nature qui sera son point de départ et d'aboutissement dans toutes ses inventions.

Mais pour comprendre la portée des réalisations de De Vinci, au-delà de sa méthode de travail originale et de son style, il faut aussi plonger dans son univers, aller à la rencontre de ses contemporains, des savants et des techniciens de son temps qui ont ouvert des voies. Maquette du vaisseau volant dessiné par Léonard de Vinci Catherine de Coppet © Radio France. Popup vidéos - Expo Léonard de Vinci, projets, dessins, machines - du 23 octobre au 18 août 2013, Cité des sciences et de l’industrie, Paris.

Popup vidéos - Expo Léonard de Vinci, projets, dessins, machines - du 23 octobre au 18 août 2013, Cité des sciences et de l’industrie, Paris. Les carnets de Léonard de Vinci. Description des carnets Ces douze carnets datent de 1487 à 1508 environ. Au format et au contenu variés, ils sont plus scientifiques et techniques qu'artistiques. Certains ont un très petit format et pouvaient tenir dans la poche de l'artiste. Ils contiennent des notes, des croquis et des ébauches de traités sur des sujets divers qui n'ont pas encore tous perdu leur mystère.

Les carnets de Léonard de Vinci. L'écriture de Léonard de Vinci – qui était gaucher - est inversée et se lit de droite à gauche. À la fin du XVIIIe siècle ces carnets furent distingués au moyen de lettres, de A à M, qui les caractérisent toujours. Le Manuscrit A vers 1490. Le Manuscrit B le plus ancien des douze, date de 1487-1489 et montre l'intérêt de Vinci pour l'architecture, tant civile que militaire et les machines volantes.

Le Manuscrit E traite principalement des poids mais aussi des thèmes chers à Vinci : la géométrie, la peinture, le mouvement, la technologie, l'eau. [Fermer] [Imprimer] Médecine et anatomie for Léonard de Vinci. Léonard de Vinci4 Formation à l’atelier de Verrochio Le Baptême du Christ Huile sur bois par Verrocchio, circa 1470 1480. Ange de gauche. Le jeune Léonard est proche de la nature, qu ilobserve avec une vive curiosité et s intéresse à tout.Il dessine déjà des caricatures et pratique l'écriturespéculaire en dialecte toscan. Qu il pria instamment delui dire si Léonard devait se consacrer à l art dudessin et s il pourrait parvenir à quelque chose encette matière. Étonna fort des débutsextraordinaires de Léonard et exhorta ser Piero à luipermettre de choisir ce métier, sur quoi, ser Pierorésolut que Léonard entrerait à l atelier d Andrea.Léonard ne se fit pas prier ; non content d exercerce métier, il exerça ensuite tous ceux qui serattachent à l art du dessin. » C est ainsi queLéonard est placé comme élève apprenti à partir de 1469 dans un des plus prestigieuxateliers d art de la Renaissance de Florence sous le patronage d Andrea del Verrocchio àqui il doit sa formation multidisciplinaire d . .

Et fondeur de et . Le codex, opus codé de Léonard.Le manuscrit, acheté par Gates, est exposé à Paris. D'abord, l'explication du terme: un codex est un ensemble de feuilles manuscrites cousues ensemble. C'est pourtant sous forme détachée que se présentent les 72 pages, soit 18 feuilles doubles (recto et verso), de ce qu'on appelle aujourd'hui le codex Leicester de Léonard de Vinci.

Bill Gates, après l'avoir acquis le 11 novembre 1994 sans le voir (il enchérissait anonymement, par téléphone) pour un montant de 30,8 millions de dollars (170 millions de francs), lui a restitué son nom d'origine: les précieuses feuilles, venues d'Italie, avaient intégré, en 1717, la collection de Thomas Coke, premier comte de Leicester, et étaient restées propriété familiale jusqu'en 1980, date où le collectionneur américain Armand Hammer en avait fait l'acquisition.

En le rebaptisant de son nom. Sans doute ces 72 pages constituaient-elles l'un de ses biens les plus précieux, car elles étaient ­ et restent encore, d'ailleurs ­ le dernier manuscrit de Léonard de Vinci encore en mains privées. Découvrez le Codex Atlanticus de Léonard de Vinci ! - Replay JT 20h - MYTF1 News.