background preloader

Conte & école

Facebook Twitter

Pistes pédagogiques sur le Petit Chaperon rouge. Noé-TV. Dossier réalisé avec l'aide des auteurs de Le conte est par définition une tradition orale : que peut alors apporter la vidéo, que ce soit par le son ou l’image, dans l’approche d’un conte ? L'illustrationObjectif : Développer la capacité d'écoute Niveau : école élémentaire Le son Les images donnent une interprétation du récit : elles apportent un complément de sens, une ouverture sur un débat...

Objectifs : écouter et comprendre un texte lu par l’adulte ; développer l’imagination Niveau : école maternelle ; école élémentaire L'animation La vidéo apporte une liberté supplémentaire aux auteurs et permet plus de possibilités de créations. Proposition de séquence :repérer et analyser ce que l'illustration moderne conserve ou renouvelle de la tradition des contes : par exemple, comparer les représentations des personnages entre des albums et les vidéos.

Au pays du conte. Acheter / Emprunter Pour réaliser un panier d’achat ou de prêt il est impératif d’être inscrit (onglet « inscrivez-vous »). Acheter Les films édités en DVD ou en vidéo VHS Pal sont vendus pour un usage privé ou institutionnel. Usage privé : droit de représentation dans le cercle de famille uniquement.Usage institutionnel : droit de visionnements individuels ou en groupe dans les locaux de l’organisme acquéreur (établissements d’enseignement, bibliothèques, associations, entreprises …). - Les projections avec programmation et publicité extérieure, même sans participation aux frais, directe ou indirecte, sont soumises à des conditions particulières : nous contacter.- La présentation de films pour des expositions, festivals, projections payantes… est soumise à des conditions particulières : nous contacter. Emprunter Prêts réservés aux institutions et professionnels de l’image pour visionnements individuels ou en groupe restreint.

Pour toutes projections non commerciales : nous contacter. Guide pour enseigner le conte à l'école (+ CD-Rom) cycles 1, 2 et 3. Parce que le conte a une place de choix à l'école et que bon nombre d'enseignants ne savent pas toujours exploiter ses caractéristiques spécifiques, cet ouvrage se présente comme un guide à la fois réflexif et pratique. Dans le premier chapitre, les diverses définitions du conte sont brièvement exposées avant que les auteurs ne proposent à leur tour leur propre définition. Fondée sur une structure et un caractère initiatique. Le deuxième chapitre décortique ce qu'on a parfois appelé « le meccano du conte », cette utilisation, dans de nombreux contes, de mêmes « pièces » (l'ogre, la forêt, les cailloux...) suscitant un questionnement qui débouche sur des activités pédagogiques.

Le troisième chapitre, consacré à la pédagogie du conte en général, propose de nombreuses pistes d'activités qu'on peut conduire en classe, du cycle 1 au cycle 3. Enfin, le quatrième chapitre propose quarante fiches consacrées à autant de contes. Dans chaque fiche, on trouvera : Autour des contes - L'intertextualité - Bibliographie. CRDP académie de Créteil - Centre ressources littérature de jeunesse Sans scripts, Télémaque reste entièrement accessible mais certaines fonctions sont désactivées. Cette bibliographie n'est pas exhaustive. Certains titres sont malheureusement épuisés mais vous pouvez les emprunter dans les bibliothèques jeunesse. Cette bibliographie accompagne une fiche pédagogique du comité de lecture Télémaque. consulter la fiche Des contes traditionnels et leurs interprétations variées par l'illustration Les réécritures diverses par des auteurs contemporains Pour les enseignants I.

Classés par contes retour au sommaire II. Certains titres se retrouvent dans plusieurs catégories Transpositions dans une autre forme littéraire Classés par contes (survoler les titres pour voir le conte de référence) Transpositions dans le temps ou l'espace Parodies, détournements, pastiches Allusions ou citations. Autour des contes - fiche pedagogique. CRDP académie de Créteil - Centre ressources littérature de jeunesse Sans scripts, Télémaque reste entièrement accessible mais certaines fonctions sont désactivées. consulter la bibliographie Autour des contes... Introduction Les contes véhiculent une culture populaire venue de la tradition orale et possèdent un aspect intemporel, souvent sans localisation précise. Leurs origines rejoignent celles des mythes et des légendes aux motifs universels.

On peut signaler que les contes modernes (ceux de Pépito Matéo par exemple) bousculent la structure traditionnelle ("il était une fois", récit au passé, morale sous-jacente...). Cette fiche n'a pas pour objectif de présenter un travail de recherche sur le conte, ni un travail sur sa structure, mais de fournir quelques pistes à partir des interprétations illustrées de certains contes, et leurs réécritures ou utilisations variées dans la littérature de jeunesse.

Pistes d'activités Interprétations par l'illustration. Le conte en classe d'accueil, support de développement des compétences linguistiques, discursives, référentielles et socioculturelles. 1Engagée depuis quelques années dans l'étude de la scolarisation des élèves nouvellement arrivés en France (ENA) pour, dans un premier temps, recenser les besoins de ce public et les conditions favorables à leur intégration scolaire et sociale (CLERC 2005), puis pour analyser leurs représentations des langues (CLERC 2007), nous avons plus récemment orienté nos recherches vers l'expérimentation de séquences d'enseignement.

Ces expérimentations visent à prendre en compte les savoirs antérieurs de ces élèves et à établir des passerelles entre leurs langues - cultures d'origine et la langue - culture de scolarisation, afin de réduire les effets de discontinuité, qui, pour les ethnopsychologues (MORO 1994, 2002; YAHYAOUI 1988) figurent parmi les hypothèses explicatives à l'échec scolaire des élèves issus de la migration. 1 Fabienne De La Rosa - Leridon, professeure certifiée de Lettres, associée à l'INRP, avec qui nous a (...) 31Convention de transcription. . : Les enfants et le conte populaire (F.P Delarue) Serge Boismare/ Les enfants empêchés de penser.

Qui ne connait pas (encore) Serge Boimare ? Jusqu'ici, on ne pouvait pas encore vous en faire grief, mais il va falloir cesser de chercher des excuses.Avec la publication de ce nouvel ouvrage, l'ex-instituteur ouvre une nouvelle porte. Son best-seller, "L'enfant et la peur d'apprendre", avait notamment exploré l'intérêt, pour l'enseignant, de recourir à des mythes culturels pour métaphoriser les craintes et les peurs des enfants et les réconcilier avec le savoir.

Il faut dire qu'il aime à raconter l'histoire selon laquelle, jeune enseignant désespéré de ne pouvoir installer dans sa classe cette si mystérieuse "autorité", il avait eu recours, en désespoir de cause, à Hercule et à toute la mythologie pour constater, vaguement étonné, l'étrange pouvoir que ces oeuvres pouvaient avoir sur les hordes indisciplinées qu'il avait en charge d'instruire, ou plus précisément d'éduquer.

Au denières nouvelles, Serge Boimare n'a toujours pas été appelé rue de Grenelle pour conseiller le ministre... Pourquoi faut-il raconter des histoires aux enfants? L'un, Joël Pommerat, est un auteur et metteur en scène parmi les plus passionnants de la scène française. L'autre, Aldo Naouri, est un pédiatre, spécialiste des relations interfamiliales. Ensemble, ils partent à l'assaut de l'imaginaire des contes et de toutes ces histoires qui aident l'être humain à vivre. Pourquoi faut-il raconter des histoires ? Aldo Naouri : C'est fondamental pour le développement d'un enfant. Les histoires ont cet avantage de faire appel à son imagination, ce qui lui permet de travailler sa perception de la réalité. Et si l'enfant en est à ce point friand, c'est parce qu'elles mettent en scène des échanges qui vont venir solliciter la chose la plus importante pour lui : la gestion de l'angoisse.

Les histoires peuvent éventuellement alléger cette angoisse. Joël Pommerat : Pour le philosophe François Flahault, l'être humain a besoin d'une histoire pour se dire qu'il est en train de faire quelque chose avec l'autre. A. J. A. J. Donc pas de manipulation... J. A. A. J. A.