Médias (Presse & Audiovisuel)

Facebook Twitter
La police disperse des manifestations dans tout le Maroc - Monde La police disperse des manifestations dans tout le Maroc - Monde La police marocaine a dispersé dimanche 22 mai plusieurs centaines de jeunes du Mouvement du 20 février qui demandent d'importantes réformes politiques au Maroc, moins d'un mois avant la remise au roi Mohammed VI de propositions pour une prochaine réforme constitutionnelle. A Casablanca et Rabat, mais aussi dans d'autres villes comme Tanger (nord) et Agadir (sud), plusieurs jeunes manifestants parmi lesquels des islamistes ont été dispersés par la police qui a fait usage de matraques. Selon des témoins, il n'y a pas eu de blessés.
Ben Laden, Marrakech, printemps arabe
Au Maroc, le “tsunami” du 20 février réplique - #Printemps arabe - Blog LeMonde.fr Rien de tel qu'un petit tour en taxi dans les rues de Rabat pour prendre le pouls d'une société marocaine traversée par de profonds changements. Le blogueur Agharass relate ainsi, amusé, dans un billet son échange avec "le chauffeur des discussions", "représentation miniature des débats de la société marocaine". "Les discussions sont ouvertes sur tous les sujets (...) plus de langue de bois. Les phrases, les adjectifs et les noms sont placés avec panache dans la construction d’un nouveau Maroc, le Marocain lambda a compris qu’il est temps de réagir et d’être à la hauteur de l’événement. Ça parle de jeunes, ça parle de la jeunesse marocaine avec un grand M. Au Maroc, le “tsunami” du 20 février réplique - #Printemps arabe - Blog LeMonde.fr
Au Maroc, le "printemps arabe" n'est pas nouveau Au Maroc, le "printemps arabe" n'est pas nouveau Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Taïb Fassi Fihri, ministre des affaires étrangères et de la coopération du royaume du Maroc Que dire et penser des événements qui secouent plusieurs pays arabes ? Quelles premières conclusions tirer, globalement, des différentes évolutions enregistrées ? Prenons d'abord bonne note de quelques évidences. Il n'existe pas, et il faut s'en réjouir, d'exception arabe aux aspirations universelles des peuples à la liberté et à la démocratie. Il ne saurait y avoir de développement économique et social sans évolution politique et démocratique parallèle.
Maroc | Les partis marocains plaident pour une monarchie parlementaire La Une du magazine Maroc Hebdo, le 25 mars 2011 à Rabat.© AFP Plusieurs partis politiques au Maroc ont proposé de réformer la Constitution en faveur d’une monarchie parlementaire. Ils souhaitent néanmoins conserver la dimension religieuse du statut de Mohammed VI, "Commandeur des croyants" du royaume. Maroc | Les partis marocains plaident pour une monarchie parlementaire
Maroc | "La politisation de la jeunesse marocaine est positive", selon le professeur Menouni Maroc | "La politisation de la jeunesse marocaine est positive", selon le professeur Menouni Abdeltif Menouni préside la Commission consultative de la révision de la Constitution du Maroc.© Hassan Ouazzani pour J.A. En exclusivité pour jeuneafrique.com, le professeur Abdeltif Menouni, chargé par le roi du Maroc Mohammed VI de piloter la réforme de la Constitution annoncée par le discours royal du 9 mars, explique les enjeux de sa mission. Le fruit des travaux de la Commission consultative de révision de la Constitution sera remis au souverain d'ici à la fin juin, et le nouvelle loi fondamentale sera soumise à référendum.
Maroc : un "Mouvement du 9 mars" favorable au roi s'oppose au "Mouvement du 20 février" LE MONDE pour Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Isabelle Mandraud - Envoyée spéciale à Rabat Les royalistes marcheront-ils ? La manifestation des partisans du roi Mohammed VI, de nouveau annoncée dimanche 27 mars à Casablanca, comme le rapporte dans son édition du 25 mars le journal Al Alam, proche du parti au pouvoir, l’Istiqlal, a toujours été jusqu’ici reportée. Mais les royalistes se sont déjà donné rendez-vous sur le net. Un groupe baptisé "Mouvement du 9 mars", vient de se constituer pour s’opposer au "Mouvement du 20 février". A travers ces deux dates symboliques se joue en réalité le printemps marocain. Maroc : un "Mouvement du 9 mars" favorable au roi s'oppose au "Mouvement du 20 février"
Pour la seconde fois cette semaine, des centaines de journalistes se sont rassemblés, vendredi 25 mars, au Maroc, à Rabat et à Casablanca, cette fois devant les deux chaînes publiques pour revendiquer une télévision indépendante et l'amélioration de leurs conditions de travail, dans un pays où les médias du service public sont contrôlés par les autorités. "Nous voulons plus de diversité", "Cessez la marginalisation des compétences", "Le peuple veut une chaîne nationale", scandaient les journalistes devant les sièges des deux télévisions publiques, 2M, à Casablanca, et la Radio télévision marocaine (RTM), à Rabat. "Les programmes de notre chaîne ne reflètent pas la diversité politique, sociologique et culturelle du Maroc. Il n'y a aucun mécanisme de sanction et de contrôle de la direction", a déclaré à l'AFP Abdessamad Bencherif, journaliste à la deuxième chaîne publique à Casablanca. "Il y a un cumul de plusieurs années de médiocrité à cause notamment du manque de professionnalisme." Des centaines de journalistes manifestent au Maroc Des centaines de journalistes manifestent au Maroc
الجمعة 18 أبريل 2014 عقد أول أمس الخميس بالرباط، دانييل سيضا سينغور الرئيس الجديد للاتحاد الدولي للتوثيق لقاءات مع كل من رئيسي مجلس النواب ومجلس المستشارين ووزير العدل والحريات. وذلك (...) الجمعة 18 أبريل 2014 ، ستحي الفنانة الشعبية الشيخة "تسونامي" سهرة باحد الملاهي الليلية بمدينة النخيل مراكش اليوم الجمعة، امام معجبيها الذين حلوا بالمدينة الحمراء قادمين من مختلف المناطق (...) الجمعة 18 أبريل 2014 مرة أخرى يتصدر أتباع جماعة ياسين المشهد الافتراضي بتماديهم في نقل وإشاعة أخبار كاذبة ومفبركة من أجل زعزعة استقرار المغرب واتهام الدولة بإشاعة البلبلة وترويع (...) الجمعة 18 أبريل 2014 فجر عبد الرحيم أريري فضيحة من العيار الثقيل تخص الامير مولاي هشام الذي اقترح عليه مبلغ ملياري سنتيم لتفتيت مملكة محمد السادس وهو العرض الذي رفضه أريري واعتبره إهانة (...) أصداء المغرب - موقع %100 مغربي أصداء المغرب - موقع %100 مغربي
Photo : yfrog.com/h7qwawdj - Shared by feryate
Des milliers de Marocains dans la rue Ils devaient être 5000 ou 6000 aujourd'hui à Rabat- et des milliers d'autres à Casablanca, Marrakech, Agadir ou Tanger- à manifester pour le changement et la démocratie. De nombreux jeunes bien sûr, venus à l'appel du "mouvement du 20 février" créé à l'origine par un groupe de facebookers, mais aussi des islamistes de l'association Adl wal Ihsan, en rangs serrés, femmes et hommes séparés, des berbéristes dont plusieurs drapés dans le drapeau berbère jaune, bleu et vert, des militants des droits de l'homme et plusieurs responsables de l'Union socialiste des Forces populaires (USFP), le grand parti de la gauche gouvernemental, forts du feu vert donnée la veille par leur bureau politique. La manifestation avait été maintenue par ses organisateurs en dépit de l'annonce d'une réforme constitutionnelle faite le 9 mars dernier par le roi. Des milliers de Marocains dans la rue
Maroc : des dizaines de milliers de manifestants - Fil news Maroc : des dizaines de milliers de manifestants - Fil news Monde Environ 6000 Marocains - 2000 en excluant les badauds selon la police - ont manifesté dimanche dans la capitale pour réclamer davantage de démocratie et moins de corruption, quelques jours après l'annonce par le roi Mohammed VI de profondes réformes politiques. A Casablanca, les manifestants étaient près de 10.000 selon un journaliste de l'AFP - entre 5000 et 6000 selon les autorités locales. Des marches et rassemblements ont aussi eu lieu dans plusieurs autres villes, dont Tanger (nord), Fès (centre), Agadir et Marrakech (sud) et d'autres localités plus petites. Selon une source officielle, les manifestations auraient rassemblé quelque 35.000 personnes dans l'ensemble du pays en fin d'après-midi, soit un peu moins que les 37.000 annoncés par le ministère de l'Intérieur lors de la précédente journée de manifestations, le 20 février.
Miles de personas piden más democracia en Marruecos en un ambiente festivo | Revueltas en el mundo árabe Un mes después de sus primeros gritos por la democracia, los jóvenes manifestantes marroquíes han vuelto a demostrar en la calle que siguen en pie de guerra y dispuestos a dar la batalla para conseguir más cuotas de libertad en su país. Su primera gran manifestación fue el pasado 20 de febrero, fecha que da nombre a su movimiento, y este domingo han vuelto a convocar a decenas de miles de personas en el reino alauí. En la capital, Rabat, a las 9.30 de la mañana empezaba a llenarse la Plaza de Bab El Had, punto de encuentro de los jóvenes y sus seguidores (les apoyan más de 100 organizaciones políticas, sindicales, de derechos humanos o islamistas). En un ambiente festivo y pacífico, han avanzado hasta el Parlamento marroquí, en la Avenida Mohamed V, arteria principal de la ciudad. Manifestantes en Casablanca. | Efe
Miles de marroquíes salen a la calle a pesar de las reformas anunciadas por Mohamed VI · ELPAÍS.com Miles de marroquíes han vuelto a las calles de varias ciudades hoy para reclamar una nueva constitución, más justicia social y menos corrupción, a pesar del reciente anuncio del rey Mohamed VI de profundas reformas políticas. Más de medio centenar de ciudades de Marruecos están viviendo una jornada de protesta, convocada por los jóvenes del Movimiento 20 de Febrero. Casablanca es la que ha registrado una mayor afluencia de manifestantes -50.000 según los organizadores y 5.000, según la policía-, mientras que en Rabat, unas 5.000 personas han recorrido la principal arteria de la ciudad, la avenida Mohamed V. El wali (gobernador) de Rabat, Hassan Amrani, ha comentado a este corresponsal la baja participación en la capital: "El discurso del rey del 9 de marzo ha surtido efecto. La gente ve buena voluntad y se moviliza menos".
Plusieurs milliers de Marocains ont manifesté dimanche 20 mars, à et notamment, pour réclamer davantage de démocratie et de justice sociale, malgré la récente annonce par le roi Mohammed VI de profondes réformes politiques. A Rabat, des manifestants ont scandé "Le peuple marocain demande le changement",en réclamant la "démission du gouvernement", tandis que des pancartes proclamaient: "liberté et dignité pour le peuple marocain". Quelque 4.000 personnes dont de nombreux islamistes, s'étaient rassemblées avant d'entamer une marche. A , plusieurs milliers de personnes -plus de 10.000 selon des organisateurs- défilaient également, scandant "non à la corruption et au clientélisme", selon un journaliste de l'AFP. Certains slogans réclamaient "un roi qui règne et ne gouverne pas". Les manifestants ont réclamé une "Constitution émanant de la volonté populaire" et qui ne soit pas "octroyée" d'en haut. Maroc : manifestations pour la démocratie et la justice sociale - Les révolutions arabes
Plusieurs milliers de Marocains manifestaient dimanche 20 mars, à Rabat et Casablanca notamment, pour réclamer davantage de démocratie et de justice sociale, malgré la récente annonce par le roi Mohammed VI de profondes réformes politiques. Quelque 4 000 personnes dont un bon nombre d'islamistes et de femmes voilées, se sont rassemblées à Rabat avant d'entamer une marche. "Le peuple marocain demande le changement", ont scandé des manifestants en réclamant la "démission du gouvernement". A Casablanca, plusieurs milliers de personnes - plus de 10 000 selon des organisateurs - défilaient également, scandant "non à la corruption et au clientélisme". Des milliers de Marocains manifestent pour plus de justice sociale
Hundreds of Moroccan Islamists demonstrating in Bab El Had place in Rabat, Morocco, on sunday 20th of march. The Association Justice and Spirituality, who wiches to establich an islamic republic in the Kingdom of Morocco, has joined forces with extreme left wing movement PSU, in an alliance that many observers qualified as "odd".The 20th of february movement, who started on facebook, denounced the islamists as they are trying to take over the youth claim. King Muhammed VI of Morocco announced on march 9th that broad constitutionnal reforms were to take place before summer. The monarch's declaration was well received by moroccans as well as by foreign head of states. Morocco is considered one of the most liberal and tolerant arab states. Moroccan Islamists demonstrating 20th of march
Début des manifs à Rabat et Casablanca - News
العدل و الإحسان ستترشح للإنتخابات - أصداء المغرب
Maroc : "le discours royal n'a pas répondu à nos attentes"
20/03. Paris : Maroc - Rassemblement de soutien aux mobilisation du 20 mars
Maroc: manifestations le 20 mars, un test après le discours du roi, actualité Monde : Le Point
بنشمسي: قدسية الملك تعيق الديمقراطية بالمغرب - Hespress
Manifestation du 20 Mars: “Nous voulons une monarchie parlementaire”
Maroc | Zineb el-Rhazoui : "Pourquoi le peuple marocain croirait-il Mohammed VI ?"
Nadia Yassine: "Nous soutenons les manifestations du 20 mars"
Morocco: The Youth Rise Up
Al Aoula - Société Nationale de Radiodiffusion et de Télévision (Maroc)