background preloader

Médias (Presse & Audiovisuel)

Facebook Twitter

La police disperse des manifestations dans tout le Maroc - Monde. La police marocaine a dispersé dimanche 22 mai plusieurs centaines de jeunes du Mouvement du 20 février qui demandent d'importantes réformes politiques au Maroc, moins d'un mois avant la remise au roi Mohammed VI de propositions pour une prochaine réforme constitutionnelle.

La police disperse des manifestations dans tout le Maroc - Monde

A Casablanca et Rabat, mais aussi dans d'autres villes comme Tanger (nord) et Agadir (sud), plusieurs jeunes manifestants parmi lesquels des islamistes ont été dispersés par la police qui a fait usage de matraques. Selon des témoins, il n'y a pas eu de blessés. "Nous étions plus d'un millier de jeunes au quartier populaire de Sbata (ndlr, à Casablanca). Ben Laden, Marrakech, printemps arabe. Au Maroc, le “tsunami” du 20 février réplique - #Printemps arabe - Blog LeMonde.fr. Rien de tel qu'un petit tour en taxi dans les rues de Rabat pour prendre le pouls d'une société marocaine traversée par de profonds changements.

Au Maroc, le “tsunami” du 20 février réplique - #Printemps arabe - Blog LeMonde.fr

Le blogueur Agharass relate ainsi, amusé, dans un billet son échange avec "le chauffeur des discussions", "représentation miniature des débats de la société marocaine". "Les discussions sont ouvertes sur tous les sujets (...) plus de langue de bois. Les phrases, les adjectifs et les noms sont placés avec panache dans la construction d’un nouveau Maroc, le Marocain lambda a compris qu’il est temps de réagir et d’être à la hauteur de l’événement.

Ça parle de jeunes, ça parle de la jeunesse marocaine avec un grand M. Et puis tu entends 'je critique mon Maroc avec hargne. Au Maroc, les langues se sont déliées. Au Maroc, le "printemps arabe" n'est pas nouveau. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Taïb Fassi Fihri, ministre des affaires étrangères et de la coopération du royaume du Maroc Que dire et penser des événements qui secouent plusieurs pays arabes ?

Au Maroc, le "printemps arabe" n'est pas nouveau

Quelles premières conclusions tirer, globalement, des différentes évolutions enregistrées ? Prenons d'abord bonne note de quelques évidences. Il n'existe pas, et il faut s'en réjouir, d'exception arabe aux aspirations universelles des peuples à la liberté et à la démocratie. Il ne saurait y avoir de développement économique et social sans évolution politique et démocratique parallèle. Ensuite, évitons les amalgames. Ensuite, les anciens pays du bloc de l'Est ont bénéficié de la prise en charge concertée et volontaire d'institutions structurées. Cependant, s'il est vrai que les Etats arabes détiennent, chacun, leurs particularités, il n'en demeure pas moins que ces pays sont traversés par des aspirations comparables et confrontés à des défis similaires. Les partis marocains plaident pour une monarchie parlementaire.

"La politisation de la jeunesse marocaine est positive", selon le professeur Menouni. Maroc : un "Mouvement du 9 mars" favorable au roi s'oppose au "Mouvement du 20 février" LE MONDE pour Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Isabelle Mandraud - Envoyée spéciale à Rabat Les royalistes marcheront-ils ?

Maroc : un "Mouvement du 9 mars" favorable au roi s'oppose au "Mouvement du 20 février"

La manifestation des partisans du roi Mohammed VI, de nouveau annoncée dimanche 27 mars à Casablanca, comme le rapporte dans son édition du 25 mars le journal Al Alam, proche du parti au pouvoir, l’Istiqlal, a toujours été jusqu’ici reportée. Mais les royalistes se sont déjà donné rendez-vous sur le net. Un groupe baptisé "Mouvement du 9 mars", vient de se constituer pour s’opposer au "Mouvement du 20 février". A travers ces deux dates symboliques se joue en réalité le printemps marocain. Des centaines de journalistes manifestent au Maroc. أصداء المغرب - موقع %100 مغربي. Arab spring: an interactive timeline of Middle East protests. Photo : yfrog.com/h7qwawdj - Shared by feryate. Des milliers de Marocains dans la rue. Maroc : des dizaines de milliers de manifestants - Fil news. Miles de personas piden más democracia en Marruecos en un ambiente festivo. Un mes después de sus primeros gritos por la democracia, los jóvenes manifestantes marroquíes han vuelto a demostrar en la calle que siguen en pie de guerra y dispuestos a dar la batalla para conseguir más cuotas de libertad en su país.

Miles de personas piden más democracia en Marruecos en un ambiente festivo

Su primera gran manifestación fue el pasado 20 de febrero, fecha que da nombre a su movimiento, y este domingo han vuelto a convocar a decenas de miles de personas en el reino alauí. En la capital, Rabat, a las 9.30 de la mañana empezaba a llenarse la Plaza de Bab El Had, punto de encuentro de los jóvenes y sus seguidores (les apoyan más de 100 organizaciones políticas, sindicales, de derechos humanos o islamistas). En un ambiente festivo y pacífico, han avanzado hasta el Parlamento marroquí, en la Avenida Mohamed V, arteria principal de la ciudad. Manifestantes en Casablanca. | Efe Al mediodía, la protesta en la capital contaba ya con más de 10.000 manifestantes, según los organizadores; una cifra que responsables policiales han rebajado hasta los 1.500.

Miles de marroquíes salen a la calle a pesar de las reformas anunciadas por Mohamed VI · ELPAÍS.com. Miles de marroquíes han vuelto a las calles de varias ciudades hoy para reclamar una nueva constitución, más justicia social y menos corrupción, a pesar del reciente anuncio del rey Mohamed VI de profundas reformas políticas.

Miles de marroquíes salen a la calle a pesar de las reformas anunciadas por Mohamed VI · ELPAÍS.com

Maroc : manifestations pour la démocratie et la justice sociale - Les révolutions arabes. Plusieurs milliers de Marocains ont manifesté dimanche 20 mars, à Rabat et Casablanca notamment, pour réclamer davantage de démocratie et de justice sociale, malgré la récente annonce par le roi Mohammed VI de profondes réformes politiques. A Rabat, des manifestants ont scandé "Le peuple marocain demande le changement",en réclamant la "démission du gouvernement", tandis que des pancartes proclamaient: "liberté et dignité pour le peuple marocain". Quelque 4.000 personnes dont de nombreux islamistes, s'étaient rassemblées avant d'entamer une marche.

A Casablanca, plusieurs milliers de personnes -plus de 10.000 selon des organisateurs- défilaient également, scandant "non à la corruption et au clientélisme", selon un journaliste de l'AFP. Certains slogans réclamaient "un roi qui règne et ne gouverne pas". Des milliers de Marocains manifestent pour plus de justice sociale. Moroccan Islamists demonstrating 20th of march. Début des manifs à Rabat et Casablanca. Map DataMap data ©2014 Google, basado en BCN IGN España Map Data Map data ©2014 Google, basado en BCN IGN España «Le peuple marocain demande le changement», scandaient des manifestants à Rabat dimanche matin en réclamant la «démission du gouvernement», tandis que des pancartes proclamaient: «pour la liberté et la dignité du peuple marocain».

Début des manifs à Rabat et Casablanca

Aucun dispositif policier important n'était visible à Rabat où plus de mille personnes dont de nombreux islamistes, s'étaient rassemblées dans la matinée. Un roi qui règne et ne gouverne pas Plusieurs centaines de personnes manifestaient également à Casablanca, scandant «non à la corruption et au clientélisme», selon un journaliste de l'AFP. Des marches et rassemblements étaient prévus dans d'autres villes marocaines. العدل و الإحسان ستترشح للإنتخابات - أصداء المغرب. Maroc : "le discours royal n'a pas répondu à nos attentes" Des milliers de Marocains ont manifesté dimanche, dans plusieurs villes, pour réclamer davantage de démocratie et moins de corruption, quelques jours après l’annonce par le roi Mohammed VI de profondes réformes politiques. « Le peuple marocain demande le changement », scandaient des manifestants en réclamant la « démission du gouvernement », tandis que des pancartes proclamaient : « liberté et dignité pour le peuple marocain ».

Maroc : "le discours royal n'a pas répondu à nos attentes"

(De Rabat) A la veille de ce nouvel appel à manifester, le premier depuis le discours du roi Mohamed VI lançant un chantier de réforme constitutionnelle, Abdallah Aballagh, un étudiant en droit de 23 ans, est un des membres fondateurs du Mouvement 20 février, à l’origine des protestations, répond aux questions de Rue89. Comment vous sentez-vous à la veille de la marche du 20 mars ? Je suis serein et confiant, même s’il est difficile de savoir ce qu’il va se passer.

Le scénario est inconnu. Moi, je n’ai pas peur. 20/03. Paris : Maroc - Rassemblement de soutien aux mobilisation du 20 mars. Appel à manifester et à se rassembler Depuis que le vent de liberté a soufflé sur le Maghreb et le monde arabe, les jeunes marocains sont sortis le 20 février dans la plupart des villes et villages marocains pour réclamer la liberté et la démocratie.

20/03. Paris : Maroc - Rassemblement de soutien aux mobilisation du 20 mars

Depuis ce 20 février, un nouveau cycle de luttes s’est ouvert par des manifestations décentralisées partout, au Maroc et ailleurs, pour exiger une rupture véritable et totale avec toutes les institutions non démocratique mises en place par le régime. Maroc: manifestations le 20 mars, un test après le discours du roi, actualité Monde : Le Point. بنشمسي: قدسية الملك تعيق الديمقراطية بالمغرب - Hespress. Hespress الجمعة 18 مارس 2011 - 22:13.

بنشمسي: قدسية الملك تعيق الديمقراطية بالمغرب - Hespress

Manifestation du 20 Mars: “Nous voulons une monarchie parlementaire” Malgré le discours du Roi du 9 Mars qualifié d'historique, vous maintenez la marche prévue pour ce dimanche 20 mars... Il y a deux catégories de citoyens qui manifesteront ce dimanche 20 mars. La première soutient le discours royal, mais demande le reste des revendications qui n’ont pas été évoquées par Sa Majesté et des clarifications sur de nombreuses idées relevées dans le discours qui leur paraissent floues.

La deuxième catégorie quant à elle, ne se satisfait pas du discours royal et estime qu’une Constitution qui chapeaute tous les pouvoirs est une constitution makhzenienne. Elle ne veut pas d'un relooking de la Constitution mais son changement par une voie purement démocratique. Zineb el-Rhazoui : "Pourquoi le peuple marocain croirait-il Mohammed VI ?" Nadia Yassine: "Nous soutenons les manifestations du 20 mars"

Nadia Yassine, la fille du fondateur du mouvement islamiste Justice et bienfaisance souligne que les réformes annoncées par le discours du roi Mohammed VI, le 9 mars, sont "insuffisantes: elles ne remettent pas en cause la prééminence de la monarchie". Q: Quels sont les articles qu'il faut réformer en toute urgence ? R: Il y a urgence à réformer. Mais je pense qu'il est vain de maquiller ou arranger les articles. Il s'agit d'une question d'articulation et de philosophie qui ne correspond plus à ce que devrait être le Maroc moderne. L'actuelle constitution n'est pas démocratique. Morocco: The Youth Rise Up. Al Aoula - Société Nationale de Radiodiffusion et de Télévision (Maroc)