background preloader

GROUPE (appartenance / référence)

Facebook Twitter

Pourquoi être bénévole ? Pourquoi devenir bénévole ou volontaire à France Parrainages Ille et Vilaine ? Je suis bénévole et je vous dis pourquoi... le corps associatif bénévole. Voici ce qui vous rend sympathique. Nul besoin d'être extraverti pour être sympathique. Quelques éléments de base sont à intégrer et à appliquer pour emporter l'adhésion des personnes qui vous entourent. Il est facile d'être sympa. La seule contrainte, c'est d'être apte à intégrer quelques compétences sociales qui bâtissent l'intelligence émotionnelle. Pour vous aider dans cette tâche, nous avons parcouru le fil de discussion Quora "Quelles sont les compétences sociales utiles qui peuvent être intégrées rapidement ? " et nous avons rassemblé nos réponses préférées. Voici sept moyens simples pour être reconnu comme sympathique par votre entourage professionnel et personnel. Etablissez des contacts visuels Selon Brad Porter, "c'est une chose toute bête, et pourtant c'est celle qui a le plus d'impact.

"Commencez dès maintenant", conseille Porter. Laissez votre téléphone dans votre poche… … Et ne le sortez pas avant la fin de la conversation ou de la réunion. Appelez les gens par leur nom Souriez Ecoutez Article de Kathleen Elkins. Comment gérer les six personnalités les plus courantes. D'après la méthode d'analyse ProcessCom®(1), mère de beaucoup d'autres, on distingue six profils de personnalité, dont l'un domine chez chacun de nous. Le manager a intérêt à les connaitre, afin de cerner les besoins psychologiques de ses collaborateurs et de les nourrir de façon adaptée.

Objectif : booster leur motivation, faire baisser la pression individuelle et insuffler un état d'esprit positif dans l'équipe. Mode d'emploi. 1. Le Travaillomane Logique, rationnel, responsable, il fonctionne par étapes, soucieux d'avoir des directives claires et des échéances. >> Ses besoins: la perfection et la structuration du temps Pour le féliciter : "Bravo, bon boulot.

Pour le recadrer : " Le dossier Y n'a pas été rendu à l'heure puisque tu me l'as apporté vendredi à 17h, ce qui ne m'a pas permis de le traiter dans la foulée... " 2. Chaleureux, sensible, il est attentif aux autres et inspire confiance. >> Ses besoins :la reconnaissance de soi et le " self cocooning ". 3. 4. 5. 6. Le plaisir au travail... Comment l'impulser ? Après avoir débattu sur la nécessité d’affirmer son plaisir au travail et d’en identifier ses multiples impacts, il est important, d’identifier comment nous pouvons individuellement et collectivement susciter, développer et promouvoir le plaisir au travail ?

1. Savoir pourquoi on travaille ? Nourrir sa famille, payer des études à ses enfants, fournir des services de qualité à ses clients, faire évoluer les membres de son équipe, ou tout simplement faire carrière. Bien souvent, on se focalise sur des indicateurs de moyens et non de résultats. Il est donc important de se rappeler à quoi sert notre travail. 2.

. « Manager » ne se résume pas uniquement piloter ou faire du reporting. 3. La monotonie ne favorise pas l’éveil. 4. Face à l’adversité les troupes se resserrent. 5. Même si les managers ont souvent un pouvoir limité, les possibilités de promotion sont moins importantes que les talents à valoriser. 6. Oui ! Caroline (1) Individu et groupes. Préjugés & Stéréotypes. Consommateurs pris au piège. Il était une fois : les communautés sociales à la loupe | La psyché du web social | Ronan Boussicaud. 25inShare Terrain d’affinités et de rapprochements, de frictions et de tensions, le groupe reste un mystère pour la plupart des gens. Véritable cour de récréation pour certains, champs de batailles pour d’autres, le corps social représente avant tout le canalyseur d’une mixité d’opinions.

On peut parfois penser percevoir la tonalité du son de leurs cris, mais comme le bruit d’une foule compact, c’est oublier que ce sont des individualités qui régissent de l’intérieur les élans motivationnels. Avec l’arrivée des communautés virtuelles, on pourrait rapidement penser que les interactions et les rapports d’influence sont inertes sur la toile. Pourtant comme vous le verrez, une communauté virtuelle n’est pas si différente d’un groupe d’individus réunis autour d’une table. Les groupes sont-ils tous différents ou bien tous identiques dans le fond ? Éviter les raccourcis et décortiquer le fonctionnement des groupes, voilà l’objectif inavoué (ou presque) de l’article qui suit. Google+ Comments. Groupe d'appartenance | Média. Ce que cherche tout être humain… et comment en jouer dans vos pages de vente. L’un des besoins fondamentaux de tout être humain, c’est le besoin d’appartenance.

Voici pourquoi, et comment en jouer dans vos pages de vente. Des mots pour exprimer le besoin d’appartenance Des ancêtres bien vulnérables Il y a des millions d’années, nos premiers ancêtres étaient bien vulnérables. Pour survivre et affronter les dangers, les animaux avaient des griffes, des crocs, la vitesse, la force, une fourrure contre le froid, et bien d’autres atouts qui les protégeaient. Nos ancêtres n’avaient rien de tout cela. Comment ont-ils compensé de telles faiblesses ? Vivre en groupe offrait une défense contre les prédateurs. Nous avons hérité de ce besoin d’appartenance. Le besoin d’appartenance, un besoin vital pour l’être humain Le besoin d’appartenance est, selon le psychologue Abraham Maslow, le troisième besoin le plus important chez l’homme – après le besoin physiologique (manger, boire, respirer…) et le besoin de sécurité (être en bonne santé, avoir un toit sur la tête, etc.) Comment ? 7 Hebdo | On vous les coupe ? L a coiffure nous révèle, elle dit qui nous sommes et ce que nous voulons dire aux autres.

Nous croyons aller chez le coiffeur seulement pour notre plaisir, pour notre désir d’être plus beau, plus original. En réalité « l e cheveu véhicule toutes sortes de croyances, de superstitions, d’interdictions », observe Michel Messu, sociologue, professeur à l’université de Nantes et auteur d’un essai sur le sujet. Le cheveu ne saurait être vu comme une simple donnée de la nature. « Il est toutes sortes de stéréotypes sociaux relatifs aux cheveux, qui organisent notre vision de la chevelure. » Long, le cheveu masculin va être associé à la force, aussi bien physique qu’à celle de son esprit. Le cheveu, et plus largement le poil, sont les marques d’une grande force et la calvitie serait vécue comme une castration.

Pour la femme, la signification symbolique est univoque. La photographie et le cinéma, en leur temps, confirment la permanence de l’association chevelure/désir sexuel masculin.