background preloader

Violences et traumatismes

Facebook Twitter

Ultra Violence. Récemment, j’ai suivi une formation sur les violences conjugales.

Ultra Violence.

En fait, c’était plutôt sur les violences tout court. J’avais vraiment très envie d’y aller. D’abord, parce que ma copine Docteur Milie y allait aussi et que ça me faisait plaisir de la voir. Ensuite, parce que deux des experts étaient des super stars de la violence, les Dr Gilles Lazimi et Dre Muriel Salmona (<- Oui oui ! MÉCANISMES. Page élaborée à partir des travaux du Dr Muriel Salmona sur les mécanismes psychologiques et neurobiologiques psychotraumatiques.

MÉCANISMES

Tous droits réservés, demander l'autorisation de l'auteur drmsalmona@gmail.com avant toute reproduction sur internet ou sur les supports traditionnels. résumé : animation présentée par le magazine de la santé de France 5 sur les mécanismes psychotraumatiques lors d'un viol DEFINITIONDESCRIPTION DE LA RÉPONSE ÉMOTIONNELLE Un circuit de peur conditionnée - CONDUITES D'ÉVITEMENT CONDUITES DISSOCIANTES À RISQUE Définition Il s'agit de mécanismes psychologiques et neurobiologiques exceptionnels de sauvegarde exceptionnels qui se mettent en place lors du traumatisme.

Ces mécanismes psychotraumatiques sont mis en place par le cerveau pour échapper à un risque vital intrinsèque cardiovasculaire et neurologique induit par une réponse émotionnelle dépassée et non contrôlée. Haut de page. Comprendre le PTSD après un viol. Face au cruel manque de connaissances en France concernant le PTSD, et constatant l’isolement des victimes, Orithyia a animé une intervention-discussion sur le PTSD lors d’une soirée Polyvalence le 10 juillet 2014.

Comprendre le PTSD après un viol

Le but de cette présentation était de faire du partage de connaissances, afin que les victimes de viol et leurs proches puissent identifier les symptômes de la maladie, mieux la comprendre, et trouver des ressources si iels le souhaitent. Télécharger le PDF de la présentation : intervention PTSD complet. Trigger Warning — The Message. Intrusive I first lived with PTSD before I had it.

Trigger Warning — The Message

The mental illness runs in my family. My Vietnam vet father had PTSD, never formally diagnosed. He could mostly maintain a face during the day. Il ne supportait pas qu'elle le quitte. "L'homme, dépressif, aurait agi car il ne supportait pas que sa femme veuille le quitter.

Il ne supportait pas qu'elle le quitte

" J'aurais pu trouver des dizaines de cas de ce type puisqu'en effet le profil type de celui qui tue sa femme, voire ses enfants est la non-acceptation de la séparation. Les crimes contre les femmes - ce ne sont pas les seuls mais c'est le sujet ici - sont toujours traités de manière individuelle et jamais systémique c'est à dire comme faisant partie d'un système social organisé, d'une construction sociale et culturelle. On nous parle de la dépression de l'homme, de son état alcoolisé, de son chômage, du fait qu'elle l'a quitté ; on retrouve sans cesse les mêmes éléments et pourtant l'on persiste à en faire des cas individuels. (sauf evidemment dans le cas de violences exercées par des racisés là évidemment c'est tout autre chose) . (.......................) ==> ceci est le moment où l'on doit beaucoup plaindre les hommes hétérosexuels que je suis en train de traiter, en bloc, d'assassins.

Les violences conjugales. Ce texte à été écrit suite à des rencontres non-mixtes organisées en novembre 2007.

Les violences conjugales

Lors de ces rencontres, de nombreuses discussions nous ont amenées à la question des violences conjugales et à celle de la gestion collective de ce genre de situations. Merci à FFO. Inspiré du livre Femmes sous emprise, de Marie-France Hirigoyen ; et malheureusement de nos expériences de femmes, de celles des autres femmes avec qui nous avons parlé. Quand on dit "violences conjugales", souvent on s’imagine la femme couverte de marques, tabassée par son mari, voire tuée. Comment le cerveau répond à la violence. Les récits de victimes de violences ne manquent hélas pas, avec lorsqu'ils sont exposés publiquement, une étrangeté.

Comment le cerveau répond à la violence

Au lieu de susciter une compassion légitime, ils déclenchent parfois des réactions d'incompréhension de ceux qui ne les ont pas vécues en raison du manque de réaction des victimes. Les progrès de la neurobiologie et des techniques sophistiquées d'imagerie cérébrale éclairent pourtant d'un jour nouveau ce qui se passe dans le cerveau lors d'une agression et la constitution, ensuite, d'une mémoire traumatique. Pourquoi n'ai-je pas crié? Pourquoi ne me suis-je pas débattu?

Effet du témoin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Effet du témoin

Un homme dormant sur un trottoir au Canada. L’effet du témoin (appelé aussi « effet spectateur »), en anglais « bystander effect », est un phénomène psycho-social des situations d'urgence dans lesquelles notre comportement d’aide est inhibé par la simple présence d'autres personnes présentes sur le lieu. Réflexions sur les usages du trigger warning. Avertissement : Cet article comprend la description d’une crise de panique, la mention de troubles psychologiques, il mentionne également les agressions sexuelles ou non sans en faire la description et comporte la description de propos invalidant ces troubles psychologiques. « Parce que la vie ne t’en donnera pas, elle, d’avertissements à la con » J’ai lu ou entendu la phrase qui constitue le sous-titre de ce texte, à de nombreuses reprises.

Réflexions sur les usages du trigger warning.

Sur internet, dans des conversations avec des amis, des collègues, dans la presse ou dans des éditoriaux. Les lieux sont divers, la formulation varie, mais au fond, tout le monde est d’accord pour dire que « On ne peut pas protéger tout le monde. », « La vie c’est pas du coton, et si on est trop faible et bien on casse. » « On peut pas tout prévoir à l’avance comme ça. » «Ça devient beaucoup trop compliqué de contenter tout le monde. »

‎www.raiddat.org/pdf/info-droits/AGIDD_SMQ_victim.pdf.